5 juin 2008 4 05 /06 /juin /2008 12:38

A quelques jours, c’est l’effervescence dans les bureaux de Terres en Fête !

Pour les professionnels agricoles, l’ensemble des marques de machinisme sera présent ; concessionnaires et fabricants vous feront leurs meilleures offres, dans un cadre convivial ! La partie élevage accueillera les plus grands concours bovins au Nord de Paris avec près de 200 vaches laitières, et une centaine de bêtes allaitantes.
Terres en Fête sera également le lieu pour un grand concours de la race mouton boulonnais. Les associations avicoles régionales mettront également en valeur les grandes races locales de volailles, lapins et pigeons. Le village du cochon et le village des produits laitiers seront également des endroits très couru par les petits et les grands.
Vendredi consacré aux écoles avec l’accueil de près de 10.000 enfants des classes de primaires de la Région et guidés par les agriculteurs du réseau Savoir Vert… Les grandes filières seront présentées et animées au sein de cette grande ferme temporaire : Sucre, lait, viandes, poissons, fruits et légumes, céréales et encore tant d’autres choses à découvrir en s’amusant !
Le grand public pourra s’initier à la conduite de tracteurs, assister à de nombreuses animations comme la tonte de brebis, le défilé de géants ou encore la découverte des robots de traite…
Le tarif d'entrée est de 6€, gratuit pour les moins de 12 ans.

Repost 0
30 mai 2008 5 30 /05 /mai /2008 12:24

C'est un spectacle Son et lumière qui se déroulera cette année à FERFAY (62). Mise en Scène de Dominique Martens Musique originale de Dominic Laprise. on y trouveras sur scène 400 figurants, 30 cavaliers, 1200 costumes. Revivez, l'espace d'1h30 de spectacle, la légende de Lugle et Luglien, princes irlandais dans un décor grandiose doté de nombreux effets pyrotechniques.

Tarifs des places Adultes : 14,5 € Enfants (4 à 12 ans) : 8,5 €
Réservations : Office de tourisme du pays de la Lys romane 4 place Roger Salengro BP 44 62192 LILLERS cedex tél : 0321252671/Fax : 0321251088 mail : tourismepaysdelalysromane@orange.fr
Organisation : Association "La scyrendale" site internet du spectacle : www.lesprincesirlandais.net

Repost 0
16 avril 2008 3 16 /04 /avril /2008 10:44

Par la magie de l'art de 24 sculpteurs sur sable venus des quatre coins du monde, l'Afrique, ses habitants, rites, animaux et légendes sont transposés sur la plage du Touquet (Pas-de-Calais) jusqu'à fin août.

Cette brigade internationale a travaillé d'arrache-pied pendant deux semaines jusqu'au 5 avril avec un sable spécial (aux grains carrés) provenant de la carrière belge de Saint-Guibert, pour façonner ces quelque 200 sculptures regroupées en scènes évocatrices.

Selon Jaap Cast, responsable de la société Art Litium qui emploie ces sculpteurs, "une préparation documentaire rigoureuse a permis de présenter des scènes conformes à la réalité".
Ici, ce sont les rites initiatiques des jeunes Masaï (Kenya) avec leurs parents qui prélèvent du sang sur un boeuf -sans le tuer- pour s'en nourrir. Là, ce sont des Dogons (Mali) dans une maison à palabres interdite aux femmes et plus loin ce sont les géants Dinkas (Soudan) qui pêchent dans les marais avec des nasses, voisinant avec les tout petits Pygmées.
Des pièces monumentales reproduisent une falaise troglodytique des Dogons et un palanquin transportant un roi Achanti (Ghana) couvert d'or et sa cour.
La faune est très présente avec -clin d'oeil pour les enfants- un Tarzan au milieu des singes.
"Il faut des travaux préparatoires avec dessins des scènes et des coffrages pour durcir le sable. Ensuite, la durée d'exécution est variable. Je peux faire un personnage simple en deux heures et demie mais pour des représentations monumentales, on se relaie avec chacun sa spécialité", précise le sculpteur ukrainien de Kharkov, Oleg Masalytine.
Contrairement à la plupart de ses camarades, il n'est pas spécialiste de la sculpture sur sable. Il sculpte avec tous les matériaux (argile, bronze, pierre, glace) mais trouve que le sable est "très agréable à travailler et permet de fignoler les détails".
Quelques-uns des sculpteurs resteront au Touquet pendant toute la durée de l'exposition pour effectuer les travaux de restauration indispensables. Même si ce sable très compacté forme des blocs durs, les aléas climatiques (pluies violentes, bourrasques) ne sont pas sans provoquer des dégâts.
Le parcours fait l'objet d'un accompagnement sonore adapté et peut être illuminé pour des "nocturnes".
La première édition de cette manifestation l'an dernier avait été consacrée à l'Egypte antique et avait attiré 120000 visiteurs.

Digue du Touquet près de l'Aqualud, tous les jours de 10H00 à 18H00, entrée : 6 € réduction le matin, pour les enfants, seniors et groupes. www.sculturesdesable.com.

Repost 0
5 avril 2008 6 05 /04 /avril /2008 08:09

Chaque année, Berck-sur-Mer se transforme en capitale mondiale du cerf-volant.

Au programme de cette semaine riche en émotions : des démonstrations des meilleures équipes mondiales, des parades musicales, des animations et des expositions …
Plus de 500 000 spectateurs viennent de toute la France et de l'étranger se pressant  sur la plage de sable fin de Berck-sur-Mer, cité picarde dans le Pas-de-Calais, réputée pour son dynamisme et son ambiance chaleureuse, qui s'étend sur la Côte d'Opale et devient du 5 au 13 avril, le plus grand terrain de jeu des fous de cerfs-volants.
Il faut être allé au moins une fois observer les vols des cerfs-volants que, généralement, les cerfs-volistes fabriquent eux-mêmes. Les admirer utilisant des techniques pour parer aux coups de vent, parvenant à diriger aisément leurs créations. Au bout de leurs cordages, les cerfs-volants sont alors prêts à affronter les éléments : poissons, ours, grenouilles et autres bestioles prennent leur envol.
Du Japon, des Etats-Unis, de Colombie, d’Angleterre… des cerfs-volistes venus des quatre coins de la planète se retrouvent à l'occasion du Championnat du Monde par équipe et font preuve de beaucoup d'imagination pour donner forme à leurs idées les plus folles… les pieuvres, entre autres, virevoltent, sous le regard médusé des spectateurs… Souples ou rigides, ils font partie des engins volants les plus populaires.
Programme: cerf-volant-berck.com

Repost 0
21 décembre 2007 5 21 /12 /décembre /2007 21:40

Je suis aller en famille, ce samedi, au traditionnel marché de Noël, place Gambetta à Lièvin. Cette commune expose une cinquantaine de chalets qui accueille de nombreux exposants et commerçants. La grande roue qui faisait l’originalité de ce marché de Noël a été remplacée cette année par un authentique carrousel en bois de 1900. Il faisait pas très chaud, on à deguster un bon vin chaud préparé par une association de Polonais et déguster les marrons tout fumants grillés pour l’occasion dans le chaudron...

Repost 0
17 décembre 2007 1 17 /12 /décembre /2007 19:07

Les Marchés de Noël ! Voilà bien l'une des principales priorités autour desquelles se déroulent les festivités de fin d'année ! Ce qui est certain, c'est que l'on soit résident dans la ville concernée ou que l'on soit riverain, ou même habitant lointain d'une ville au sein de laquelle se déroule un Marché de Noël, l'on a toujours eu cette envie d'y prendre part, du fait des échos dont cet évènement fait l'objet, que ce soit à l'intérieur ou même à l'extérieur des frontières du pays. 


C'était  l'année dernière à l'occasion du 10ème anniversaire du plus grand marché de Noël du Nord de la France. Une centaine de chalets en bois installés au pied des sapins de Noël dans une atmosphère chaleureuse et détendue au son des cloches et des chants de Noël, me rappelant que, «Noël, c'est l'amour» et qu'entre le «Boeuf et l'âne gris», il est inutile de se demander si «les anges sont dans nos campagnes» ! C'est certain, au Marché de Noël d'Amiens, l'on rêve et l'on se laisse emporter que l'on soit petit ou grand, au pays des merveilles, et ça, le Père Noël s'en charge personnellement. Car, accompagné de musiciens "bonhommes de neige" et d'une trentaine de lutins, le Père Noël se pavane au coeur du centre-ville ou alors, quand il est un peu fatigué, à quelques pas des chalets, dans sa maison bâtie dans une forêt magique, il y attendra toute la famille  pour une rencontre et une photo souvenir inoubliable !  Des moments magiques à ne pas manquer. Si pour vous aussi, Noël est une fête pour les enfants en priorité, sachez que les vôtres ne seront pas déçus ! Voici donc à présent ma petite vidéo pour vous mettre l'eau à la bouche...

Repost 0
8 décembre 2007 6 08 /12 /décembre /2007 18:48

"Les Boves" d'Arras désignent des souterrains que les hommes ont progressivement creusé depuis le Xème siècle. 

Vendredi soir, en groupe, nous sommes aller visité le circuit des "Boves". Un lieu insolite, coupé du monde extérieur à douze mètres de profondeur, qui retrace une partie de l’histoire de la ville.
Tradition arrageoise, l’exploitation de la craie a commencé dès la période antique. Lieu de labeur au Xème siècle, les carriers en extrayaient la craie afin de construire le mur d’enceinte et différents bâtiments de la ville.
A partir du XIIIème siècle, les souterrains faisaient fonction de lieu de stockage et de dépôt pour les denrées alimentaires (céréales, légumes…), permettant aux riverains d'entreposer à température constante de 11° C, idéales aussi pour la conservation du vin ou de la bière !
Cependant l’épisode le plus important de l’histoire des Boves d’Arras est sans nul doute l’utilisation des souterrains lors de la Première Guerre mondiale par l’état-major britannique. Celui-ci a élaboré un plan ambitieux en intégrant les carrières dans un vaste réseau souterrain pour permettre aux troupes de surgir à quelques mètres devant les lignes ennemies le 9 avril 1917. Pour cela, l’armée britannique engagea de lourds travaux qui durèrent six mois dans le sous-sol arrageois. C’est ainsi que les souterrains sont électrifiés, reliés à des canalisations d’eau (pour les cuisines et les lavoirs). Sont également aménagés des postes médicaux, des postes de commandement, une voie ferrée pour le ravitaillement. Les Boves sont devenues alors une véritable cité souterraine pouvant accueillir plus de 20 000 personnes.
Lors de la Seconde Guerre mondiale, les Boves servirent essentiellement comme abri à la population civile lors des bombardements anglo-américains de 1944.
La visite permet de découvrir des puits d’extraction, des galeries, mais aussi des salles voûtées, des escaliers à vis et à redent… ainsi que les conditions de leur création et leur utilisation au fil des siècles.

Repost 0
5 décembre 2007 3 05 /12 /décembre /2007 14:00

A l'occasion, hier de la Sainte Barbe, je suis allé en famille visiter le Musée de la Mine de charbon d'Auchel.

Guidé par un ancien mineur, sur le parcours qu'il empruntait sur son lieu de travail, la visite commence avec une projection d'un film sur l'écosystème et l'origine du Bassin Houiller. Il nous accompagne devant la "lampisterie". Il explique ici l'évolution de son métier, du XIXè siècle jusqu’aux environs des années 1990 qui correspond à la fermeture des derniers puits dont celui d'Auchel. Un métier, une vocation pour certains... (comme le racontais aussi bien mon Beau-père, ancien mineur lui aussi hélas décédé il y a 10 ans).
Puis on va jusqu'au puit, pour la "descente" pour attendre les 250 mètres de galeries souterraines. De là, il nous parle de la part prise par le cheval dans le travail du mineur et la complicité qui existait entre l'homme et l'animal. Viens ensuite LA pause café, avec une dégustation du "Briquet" du Mineur : "le pain d'Alouette" (composé de pain tartiné de saindoux) distribuée par deux femmes en tenues du début du siècle.
Puis non loin de là, il met les machines en fonctionnement pour recréer les conditions de travail et expliquer l'abattage du charbon par le rabot (unique en france), l'évacuation des produits par le convoyeur blindé et l'aération des chantiers en cul de sac par un ventilateur.
Enfin, un écomusée contenant une centaine de Fossiles (flore et Faune) de l'Ere Primaire provenant du sous sol d'Auchel, Marles, Bruay. 
Pour finir, on passe devant une reconstitution d'une cuisine du début du 20éme siècle.

Le Musée de la Mine est le fruit de Jacques Deramaux qui, accompagner de 12 anciens mineurs on restauré et conserver ce lieu en mémoire d'une profession disparue en France.

Visite sur rendez-vous au 03 21 52 66 10 : Samedi à 15h - Dimanche à 10h.

Repost 0

Présentation

  • : Glandouillage
  • Glandouillage
  • : Magazine wéb détente (geek, humour, clip, musique, environnement, économie, travail, sport, ciné....)
  • Contact

> Accueil < Me suivre sur Google +. Me suivre sur Twitter.Me suivre sur Facebook. 
translate in english Auf deutscher Sprache übersetzt in het Nederlands vertalen traducir en español

Recherche

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Archives

Suivre ce Blog

 Bookmark and Share
 
L'appli du blog sur votre iPhone/iPad ou Androïd :
ou flashez le QR CODE :
Recevez les dernières notes du blog par email :

Les petits plus

Augmenter la taille de la police :
Ctrl + molette haut
Diminuer la taille de la police :
Ctrl + molette bas

Participez à la vie de ce blog :

Référencer sur :
 Blogue Parade portail de syndication de contenu

Le fil d'information :

Programme TV

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs

Le Top des articles/visites