5 septembre 2013 4 05 /09 /septembre /2013 15:45

Le dessinateur satirique Willem expose à Paris du 19 au 30 septembre, à la galerie Artitude, en vous proposant d’acquérir ses œuvres dans une riche et étonnante diversité.

L'infatigable Willem, connu pour ses dessins dans Libération et Charlie Hebdo, et couronné cette année par le Festival de BD d'Angoulême, se dévoile sous un regard inédit. Lors de cette exposition, vous pourrez admirer des œuvres grand format, en noir et blanc mais aussi en couleurs, s’étalant sur une période allant de mai 68 jusqu’à la présidence de Nicolas Sarkozy. Parmi les oeuvres, un florilège d’affiches et de dessins sur des thèmes variés. Qu’il s’agisse d’illustrations pour des festivals ou des dessins de ceux qui font notre monde. Guerre et paix, vous y trouverez un peu de tout.

L’occasion d’avoir du Willem dans votre salon mais pas seulement. Cette plongée dans le parcours du caricaturiste féroce vous offre aussi l’occasion de repartir avec son dernier livre paru en janvier, "Dégueulasse", qu’il aura plaisir à vous dédicacer sur place à deux reprises : le 19 septembre et le 21 septembre, de 17h00 à 20h00.

Willem.jpg

Galerie Artitude
4 avenue Paul Déroulède 75015 Paris
Métro : La Motte Picquet Grenelle
Tél : 01 45 66 66 33 – www.artitudeparis.com
Ouverture tous les jours de 10h30 à 19h00

Repost 0
10 avril 2013 3 10 /04 /avril /2013 19:13

Saurez-vous deviner ce que sont ces perles noires ?

Des perles noires, confuses, sur du blanc immaculé, à perte de vue.
Discrète et joyeuse, sensible et délicate.
Pensant explorer mon âme, elle trace le chemin de mon coeur.
Profite du temps suspendu à ses lèvres, immobile, à l'affût.

Sa présence est un parfum qui embaume ma vie.
Envoûtante, enivrante, fragile. Elle regorge de grâce et de chaleur.
Des perles noires qui glissent sur sa peau, encore.
Je les recueille, une à une, comme des trésors.

Ses lèvres me frôlent par un mystérieux pouvoir
Où est le point de non-retour ? Mes sens s'affolent.

Passion naissante. Désir immense. Torrent qui nous emporte.
Sous la neige, se profilent, les perles noires, confuses.

Découvrez des musiques et des poésies ici.

Repost 0
5 avril 2013 5 05 /04 /avril /2013 16:59

Vous apprenez le russe comme débutant ou confirmé, vous êtes étudiant ou traducteur, le dictionnaire de russe est votre meilleur ami. Il y a toutes sortes de dictionnaires de russe. Et c'est très bien, mais pourquoi faire ?

Vous apprenez le russe depuis quelques temps ou vous êtes confirmé. Vous êtes étudiant ou traducteur professionnel ? Impossible de vous passer d'un bon dictionnaire adapté à votre niveau.
Le dictionnaire de russe est le meilleur ami du russophile. Car il y a toujours des textes nouveaux avec un vocabulaire plus riche et de quoi progresser.
Car bien évidemment, un dictionnaire de russe, c'est excellent pour progresser et accroitre votre vocabulaire, gagner en précision et j'en passe. 
Il y a plusieurs usages possibles du dictionnaire.
Si vous êtes débutant, alors un petit dictionnaire suffira, à moins que vous ne souhaitiez vraiment progresser. Un trop petit dictionnaire manquera de... vocabulaire et vous risqueriez d'être limité.
Maintenant, si vous êtes déjà confirmé ou professionnel, il vous faut un dictionnaire solide et bien fourni.

Il en existe quelques grandes éditions dans le commerce qui répondent parfaitement à ces critères.
Maintenant, si il s'agit de voyager, alors je conseille vivement de prendre avec soi un traducteur électronique ou un dictionnaire de poche.
J'ai personnellement, une nette préférence pour le traducteur électronique, très simple et rapide à utiliser en conversation.

Mais attention, si j'aime beaucoup passer un peu de temps dans un bon dictionnaire (on y apprend beaucoup)... rien ne remplacera la pratique du russe. Et la pratique, c'est avant tout sortir des mots de sa bouche... et correctement prononcées.
Pour cela il faut un vrai entraînement. C'est à dire, pas forcément en quantité, mais un peu et très régulièrement.
C'est un peu comme un acteur qui fait des exercice d'articulation... le russe se prononce bien, clairement, en articulant et c'est une gymnastique à prendre comme telle.

Mais ne perdons pas le sujet du jour. Lorsque vous avez bien travaillé votre prononciation, n'oubliez pas de revenir régulièrement au dictionnaire pour enrichir votre vocabulaire (Dictionnaire de russe).

Repost 0
31 mars 2013 7 31 /03 /mars /2013 08:52

Chaque poète possède au fond de son coeur une grande place pour le sentiment d'isolement, d'éloignement, de vouloir être seul au moins de temps à autre. Car pour écrire il faut être seul, il faut être avec soi seulement. Rien qu'avec soi, puisque l'écriture en général et l'écriture poétique en particulier est le fruit de la solitude. Mais la solitude ici est un état de richesse, où l'âme peut créer son monde imaginaire, un monde plein d'amour et d'amitié, un monde plein de beauté et de bonté. La solitude mène aussi vers le chemin de cris. Pour être entendu de loin il faut crier de joie ou de tristesse. Mais le poète crie pour créer un monde d'honneur, un monde de bonheur.

Et puisque « le bonheur n'est pas inscrit dans le programme de la civilisation » selon Roland Jaccard dans son livre « L'exil intérieur », alors chaque poète crie d'une façon particulière, avec une haute voix ou avec une basse voix, mais l'essentiel qu'il crie, et son cri reste éternel, puisqu'il est s'écrit par des mots.

C'est pour cela que le poète Thierry Waser a intitulé son recueil de poèmes le « Chemin de cris », car ce chemin là est un chemin de poésie, ou au moins est un chemin qui mène à la poésie. Un chemin qui le pousse vers la rencontre de soi-même à travers les mots, les symboles et les rêves mêmes.

C'est vrai que le malheur et l'angoisse laissent leur trace forte sur l'esprit du poète même dans sa solitude en le poussant à regarder le monde avec un oeil pessimiste, mais grâce à l'écriture, et surtout à l'écriture poétique, le poète peut trouver son calme intérieur et son équilibre sentimental. Pour ces raisons là, le poète Thierry Waser déclare dans la préface de son recueil de poèmes « Chemin de cris », qu'il écrit pour, avant tout, pour lui-même, pour trouver son propre chemin dans la vie. Ainsi il dit à propos de cela ces mots frappants : « Mais vous l'avez compris, c'est avant tout pour moi que j'écris. Alors j'ose vous demander un peu d'indulgence. Je ne revendique aucune excellence littéraire. Par contre je vous promets l'authenticité de mes sentiments, et l'amour des mots. J'espère que ce premier livre trouvera en vous un quelconque écho ». Et puisque chaque cri a un écho, et surtout s'il est un cri poétique, voilà notre écho. Un écho qui en train de regarder de près ces beaux poèmes.

Dans le poème intitulé par « Matin de renaissance », le poète décrit son état d'âme de cette façon qui fait l'éloge d'une renaissance souhaitée, une renaissance après un temps d'angoisse et de malheur :

« Où que me mènent
Les tressauts de l'angoisse
Un jour viendra la fin
De ce trop long voyage
Au coeur de ma solitude »

Certes, après chaque été, il y a un printemps, où les oiseaux chantent leur amour, où les poètes peuvent écrire leurs poèmes et chanter leurs chants.

Ces chants qui font l'éloge de la vie dans toute sa richesse et sa diversité.

Ainsi notre poète nous offre, lui aussi, ses chants qui commencent par la vision de la lumière. La lumière qui n'est que « la vie conscience » selon le grand dictionnaire des symboles et des mythes », la lumière est identifiée à l'esprit, à la connaissance directe, et l'expression d'énergies spirituelles et vitales.

La lumière est un symbole du soi, centre de la personnalité, traduction d'un état d'âme dépassant la sujétion au Moi individuel, selon toujours le même dictionnaire. C'est pour cela que le poète voie la lumière à travers ses visions réelles et ses rêves imaginés.

« J'ai vu la lumière
Astre tourbillonnant d'inanité
Et la lumière m'a pris, enveloppé, et sans bruit me voilà projeté sur la
Scène d'un improbable spectacle. Quelqu'un, dans la pénombre, secoue
En riant de drôles de cloches au son cristallin
La mer est calme
Je le sens bien. »

Quant le poète a vu la lumière, son chemin est devenu clair, et son univers est devenu lui aussi très vaste et très riche. Car la lumière lui a donné du courage pour voir le monde tel qu'il est. Pour voir ce monde où la mer est devenue calme. La mer qui est le symbole de « la dynamique de la vie, tout sort de la mer et tout y retourne : lieu des naissances, des transformations et des renaissances. »

En plus, le poète dans son deuxième chant voit ce monde là, avec des yeux ouverts. Il voit l'horizon, et qui dit l'horizon dit la rencontre imaginaire du ciel et de la terre, de l'âme avec le corps. Le poète dit à propos de cela ces beaux vers :

« Après l'éveil
Lorsque les yeux ouverts
L'horizon s'ouvre enfin
Vient le moment ultime, vaste peinture rupestre d'un monde inarrêtable.
Tout commence par la fin, unique certitude : un jour viendra le dernier
Battement de paupières
Premiers pas
Sur une route lumineuse
Où seul le chemin compte »

Oui c'est vrai que le chemin seul qui compte dans l'esprit du poète, puisque ce chemin même, qui lui mène à la ville de la poésie. Et le poète, en prenant ce chemin, ne peut pas et il ne veut pas, bien sûr, brûler ses ailles. Il veut arriver à cette ville mythique à tout prix.

Alors, pour accompagner le poète dans son voyage imaginaire, lisez ces poèmes. Ils sont beaux.

Croyez-moi ! Découvrez vite Thierry Waser : « Chemin de cris » éd. Mille Poètes LLC. USA 2007.

Repost 0
David Noureddine Mhakkak - dans Littérature - Poésie
commenter cet article
11 mars 2013 1 11 /03 /mars /2013 09:47

Enfants du monde entier progressez main dans la main
Aimez –vous, suivez les mêmes directions et chemins
Rêvez, revoyez, imaginez ensemble un meilleur demain
Où tout sera beau, où tout sera calme, paisible et serein

Où l'amitié et l'amour construiront heureusement le monde entier
Où la confiance, la sécurité et la tolérance persistent à l'éternité

Progéniture du monde entier transmettez de sincères joies et sourires
Initiez-vous, apprenez à échanger de doux et douillets plaisirs

Oubliez les différences, les guerres et les arrogantes rancoeurs
Qui ne font que blesser les âmes, meurtrir et ensanglanter les coeurs
Regardez-vous avec estime, remplissez vous de bontés et de douceurs
Instruisez-vous, chantez une universelle hymne aux airs rythmés et berceurs

Repost 0
8 mars 2013 5 08 /03 /mars /2013 16:20

Les plages de Nice fourmillent de monde. Un belle jeune femme blonde, les seins nus, est allongée sur une grande serviette. Enduite de crème solaire nouvelle génération elle se sent en sécurité. Subitement elle est distraite par une irritation exagérée sur sa peau. Le soleil devient de plus en plus violent. Il se passe quelque chose...

NICE - Nous sommes le 18 Juillet 2025. La journée est chaude et agréable. Vers 16 heures, la Promenade des Anglais, enfin débarrassée des engins mécaniques qui circulent dans le tunnel aménagé sous la Méditerranée, est livrée aux piétons déambulant à l'ombre des palmiers parmi des milliers de fleurs multicolores.

Les plages fourmillent de monde qui ne se soucie guère de l'Univers qui les héberge. Elles sont animées. Des jeunes gens, filles et garçons, se livrent à un match acharné de : marre- bal, nouveau jeu inventé récemment. Des enfants barbotent dans les vaguelettes de la mer.

Une belle jeune femme blonde, les seins nus, est allongée sur une grande serviette. Enduite de crème solaire nouvelle génération elle se sent en sécurité. Elle apprécie l'énergie intérieure qui circule en elle. Cette force vitale est le moteur de ses pensées qui la guide vers Hervé, son fiancé. Les yeux fermés, elle reconstitue les différentes étapes de leur rencontre amoureuse. Ce soir, ils se rencontreront dans sa propriété sur les hauteurs de Cimiez.

Subitement elle est distraite par une irritation exagérée sur sa peau. Elle s'assoit, elle a du mal à ouvrir les yeux tant le Soleil est brillant. Elle arrange une serviette sur ses épaules. Elle a du mal à fixer le reflet du Soleil sur l'eau. Il est plus bleu, plus brutal que d'habitude. Il lui fait mal aux yeux. Les joueurs de marre- bal s'arrêtent de jouer. Autour d'elle la plage se vide. Les estivants ramassent leurs affaires et se réfugient sous les palmiers. D'autres se dirigent vers les garages souterrains.

Le Soleil devient de plus en plus violent. Il se passe quelque chose. Les couleurs paraissent différentes ; celles des palaces qui bordent la Promenade des Anglais semblent étranges. Le NEGRESCO, tout près est transformé en un palais des Mille et une Nuits : il est tout bleu ! Dans le ciel, le Soleil brille avec fureur. Un silence étrange s'abat sur le paysage. Les gens ont fui la ville. Les hirondelles, d'habitude si nombreuses, ont déserté les airs. Toute activité a cessé sur l'aéroport Nice- Côte d'Azur, tout proche.

La jeune femme remet son soutien- gorge, ramasse ses affaires et se précipite vers le garage souterrain, récupère sa voiture et retourne chez elle. Sur son téléviseur mural, elle apprend que les scientifiques Européens et Américains se sont penchés sur cet événement inhabituel, et ont constaté que le Soleil a diminué sa taille.

Dehors, les ombres se détachent durement sur les objets. A quelques centaines de kilomètres plus à l'Ouest, sur l'autoroute du Soleil, entre Valence et Avignon, la circulation qui était dense le matin, est devenue pratiquement nulle. Une famille en vacances roule à vive allure vers Nice. Sur cette route pas la moindre trace d'ombre, ils ont l'impression d'être emprisonnés dans un four. Sans le laisser apparaître, le père au volant se fait du souci. C'est à peine s'il peut voir avec ses lunettes spéciales PUV- 75.

Le paysage lui semble plus sombre, alors que son épouse, assise à côté de lui, cligne des yeux comme si elle était éblouie. Il s'efforce de maintenir tant bien que mal la voiture sur la route. A l'arrière, les enfants se taisent immobiles.

La vapeur qui s'échappe des vastes condenseurs de la nouvelle centrale à fusion nucléaire de Trigastin n 'est plus blanche mais d'un bleu métallique. Avignon n'est plus qu'à une vingtaine de kilomètres. Là-bas il y aura de l'ombre. Le père appuie sur l'accélérateur. Il met la radio, le présentateur annonce d'une voix inquiétante que le Soleil est en train de s'effondrer sur lui-même, et s'est contracté de moitié par rapport à sa taille normale et que sa transformation se poursuit lentement.

Les pneus commencent à coller fortement à l'asphalte qui ramollit. Une puissante voiture rouge double les vacanciers, elle veut se rabattre mais l'asphalte la ralentit et c'est la catastrophe. Les deux voitures prennent feu instantanément.

Le Soleil agonisant ne laisse échapper aucun bruit sur la Terre. Maintenant, son éclat est aveuglant. Partout la chaleur devient insupportable. A Paris, deux femmes sortent du métro à l'Etoile, regardent le ciel, affolées, et se précipitent dans le premier immeuble. Derrière elles quelques passagers s'arrêtent, puis retournent précipitamment dans le métro. Les rues sont vides, les voitures abandonnées encombrent les chaussées. Paris est une ville morte. Le silence est impressionnant, inquiétant.

Dans une plaisante rue de la Ville-Haute de Toul, un habitant est debout dans son jardin, sous la chaleur accablante. Il ne comprend pas ce qu'il se passe. Sa peau brûle. Pris de panique, il se glisse sous un buisson pour se protéger, en attendant de pouvoir rejoindre sa demeure. Mais l'abri précaire prend feu. Il se met à hurler. Sa compagne, dans son salon, entend les cris. Malgré la chaleur elle se résout à quitter la maison pour secourir son mari. Dehors les cris se sont tus. D'un seul coup le toit de sa maison s'embrase. Et c'est en cascade que tous les pavillons et immeubles de la Ville-Haute subissent le même sort. D'ailleurs toute la ville de Toul brûle. La Cathédrale et l'église Saint Gengoult s'effondrent.

Sur tout l'hémisphère de la Terre éclairé par le Soleil les gens et les bêtes meurent dans les incendies meurtriers. Les oiseaux tombent du ciel. Les forêts s'embrasent.

A 18h, le Soleil s'est réduit à un point de lumière brûlant dans le ciel. Paris n'est plus qu'un gigantesque brasier. La Tour Eiffel n'est plus qu'un tas de fer fondu. Londres, Berlin, Vienne, Madrid, Alger, Le Cap, sont liquéfiés, brûlés. A Annecy, Genève, Aix-les-Bains, les lacs, après être entrés en ébullition, se sont évaporés.

A leur tour, les océans se mettent à fumer puis entrent en ébullition. Des nuages de vapeur se mélangent à la fumée acre de la Terre en feu. A travers ce brouillard suffocant le Soleil infiltre ses rayons meurtriers avant d'envoyer un dernier éclair foudroyant. Puis, l'hémisphère plongé dans la nuit est balayé d'une tempête brûlante de vapeur surchauffée couvrant une bande de milliers de kilomètres de large.

Une brusque explosion, dernier cri du Soleil, envoie des ondes gravitationnelles qui font osciller la Terre et les autres planètes sur leurs orbites.

Il est 18 h. Le Soleil a disparu, c'est l'obscurité totale. Maintenant, les étoiles apparaissent et répandent leur éclat sur un spectacle de désolation. La Terre brûlée est aussi stérile que la Lune. La Terre fondue a pris la consistance de la lave refroidie.

Dans l'hémisphère épargné par le brasier solaire on attend la levé du Soleil. A Tokio, à Melbourne, à Calcuta, à Pékin, protégés du Soleil par la masse de la Terre, le Soleil a manqué son lever. A Bagdad, la nuit a été fraîche, mais aucun lever de Soleil ne vient dissiper la fraîcheur. La rumeur que le Soleil est mort gagne la population qui a été épargnée par la fournaise fatale.

Des émeutes éclatent partout. Dans le ciel les étoiles poursuivent leur ronde. Midi arrive. Toujours pas de Soleil. Le froid augmente. Une pluie froide commence à tomber. Moins 20 degrés, les gens brûlent leurs meubles. Les quantités énormes d'eau de mer évaporées par la chaleur du Soleil mourant retombent maintenant sur la Terre sous forme de neige qui s'accumule sur plusieurs mètres.

Quelques jours après la mort du Soleil, la chaleur interne de la Terre commence à se dissiper dans le froid sidéral. La température tombe à moins 50 degrés. Les populations des pays chauds qui ont survécu autour de l 'équateur sont anéanties par ce froid inhabituel. Plus d'électricité sur Terre. Les derniers survivants se regroupent dans les appartements et mangent leur dernière nourriture.

Moins 100 degrés. Tout le monde meurt dans l'hémisphère qui n'a pas été détruit par le Soleil mourant.

Faiblement éclairée par les étoiles, la Terre est entièrement enveloppée d'une épaisse couche de neige gelée qui lui donne l'apparence d'une sphère presque uniforme dans l'hémisphère brûlé, ou les montagnes ont été liquéfiées, et les cuvettes océaniques remplies de glace.

La vie s'est éteinte sur la planète TERRE

Maintenant, à quelques degrés près, le zéro absolu est atteint. L'atmosphère est liquéfiée. Très vite, elle s'écoule dans les dépressions existantes, formant de petits étangs qui gèlent, à leur tour. Le vent cesse complètement. Il a gelé !
ET TOUT S'ARRETE

Avant la disparition du Soleil, les planètes du système solaire étaient en orbite autour de lui soumises à son attraction. Elles sont toujours en orbite mais elles tournent, maintenant, autour d'un TROU NOIR de 2800 mètres de diamètre, et qui contient presque toute la masse du Soleil défunt.

Remarque :
Le récit, que je viens de décrire, relève de la pure science-fiction. Le Soleil brillera encore environ cinq milliards d'années avant d'être transformé en NAINE BLANCHE, qui engloutira plusieurs planètes, dont la Terre et, peut-être, Mars...

Découvrez le site de l'auteur.

Repost 0
23 février 2013 6 23 /02 /février /2013 11:06

Une pluie de météorites vient de s’abattre sur la Russie, est-ce là un signe annonciateur de l’introduction d’une année fertile en événements symboliques majeurs, qui voit la démission d’un pape le 28 février, jour de la Saint Romain. Selon la Prophétie des Papes attribuée à Saint Malachie, la devise du dernier Pape sera « Petrus Romanus », soit exactement Pierre le Romain.

Avec cette date, la prophétie des papes est validée. Quel que soit le nouveau pape succédant à Saint Pierre, il le sera dans le cadre d’une référence à ce terme de Romain.

Benoît XVI a-t-il choisi ce moment spécial pour renoncer au trône de Saint-Pierre ?... Et entrer ainsi en concordance avec ce temps prophétique d’une intensité particulière comme je le souligne dans mon ouvrage « Autopsie de l’apocalypse » paru aux éditions Bréal…

L'ouvrage de 224 pages "Autopsie de l'apocalypse" entraîne le lecteur dans une passionnante enquête qui dissèque avec une précision chirurgicale tous les dangers cataclysmiques susceptibles de bouleverser de fond en comble le monde que nous connaissons dans les années à venir.

Vous pouvez en lire un extrait à cette adresse : http://www.editions-breal.fr/medias/flash/popup-feuilletage.php?article=5152&largeur=1188&hauteur=828

Biographie de l'auteur : Patrick Simon, docteur d'Etat en droit, journaliste et professeur dans l'enseignement supérieur, est l'auteur de nombreux ouvrages d'économie et de droit.

Repost 0
14 février 2013 4 14 /02 /février /2013 14:13

Une présentation d'un article où je parle du livre "force" de Michael Mattesi.

Cette semaine je vais vous parler d'un livre que j'ai particulièrement apprécié. J'ai pris le temps juste avant de partir en Nouvelle-Calédonie de faire un tour dans un magasin de beaux-arts et en regardant dans les étagères des livres je suis tombé sur un ouvrage à la couverture bleue dans le titre est "Force".

J'ai tout de suite été interpellé par le dessin qui illustrait la couverture, il montre un croquis très précis d'un homme penché en arrière le bras levé. Le trait qu'il a dessiné et précis et en même temps il y avait beaucoup de très de construction, mais ceux-ci étaient plutôt dynamique et judicieusement placés. J'ai regardé le nom de l'auteur, ce qui est américain. Il s'appelle Michael Mattesi, il a travaillé dans de nombreux studios d'animation, à également enseigné donc beaucoup d'ateliers de dessins, et à étudier le croquis depuis plusieurs années.

Lorsque j'ai ouvert d'ouvrage, j'ai été très intéressé par la manière dont l'auteur construit ses esquisses. Dans le premier chapitre il rentre directement dans le vif du sujet en expliquant la notion de force d'un dessin. Alors que la plupart des ouvrages s'éternisent à expliquer comment dessiner des formes, reproduire de bonnes proportions, créer des effets de lumière... L'auteur de ce livre nous explique comment capter cette force invisible qui est inhérente à tous les êtres des humains et animaux. L'ouvrage trait exclusivement de cette notion qui n'est pas indépendante du rythme des formes et de la dynamique d'ensemble d'un croquis.

J'ai tellement apprécié cet ouvrage, que j'ai décidé de faire une présentation de ce bouquin dans un de mes articles afin de partager à mes lecteurs, très friands de nouvelles connaissances surtout en termes de dessin rapide et d'esquisses. Je vous propose de venir visiter mon blog pour pouvoir lire cette petite chronique.

Pour en savoir plus sur le livre de croquis de Michael Mattesi, cliquez ici et découvrez le blog de l'auteur.

Repost 0
13 février 2013 3 13 /02 /février /2013 12:30

Bien souvent, les histoires personnalisées pour enfants sont l'étincelle nécessaire pour faire jaillir l'envie de lire.

Beaucoup d'enfants refusent même de jeter un oeil aux premières lignes d'un livre. Par contre les pages de leur bande dessinée Superman sont bien abimées et les boutons de leur Smartphone usés ont perdu tous leurs caractères. Les histoires de fées, de gobelins ou de lapins paraissent ennuyeuses et trop longues à lire. De nombreux parents sillonnent les librairies à la recherche de la perle rare : un livre qui captiverait l'imagination dormante de leur enfant.
L'imagination a souvent besoin d'un petit coup de pouce pour se réveiller. Ensuite, elle devient débordante. Et dévore tous les livres d'histoire qu'elle rencontre : du moins, c'est ce que les parents espèrent qu'il se passera s'ils finissent par dénicher ce livre aussi magique qu'introuvable. Bien souvent, les histoires personnalisées pour enfants sont l'étincelle nécessaire pour faire jaillir l'envie de lire.

La morale et les livres pour enfants :

Avant l'an 1700, les histoires pour enfants été écrites pour leur apprendre des choses, et non pour les distraire. Le livre pour enfants a vu le jour au milieu du 18ème siècle en laissant la morale de côté et en essayant d'être amusant. Mais il n'y avait à l'époque aucune compétition et la vie était belle pour Blanche neige et les sept nains.
A notre époque, les médias modernes occupent les feux de la rampe et les livres doivent redoubler d'efforts pour lutter contre la télévision et les jeux vidéo dont les enfants raffolent. Les enfants sont soudain devenus très doués en informatique et leur langage en subit les conséquences. L'instruction connait son niveau le plus bas.

La naissance des livres personnalisés :

Voilà un super héros à la rescousse de la lecture : le livre personnalisé enfant. Il est désormais possible pour les éditeurs, avec les progrès de l'imprimerie, de publier des livres intégrant les photos et le nom d'un enfant, avec une histoire et des illustrations réalisées par des professionnels. Maintenant, tous les enfants peuvent avoir la joie de lire leur livre personnalisé, ce qui place de nouveau le livre en tête de la liste des priorités chez les plus jeunes.

"Si les enfants ne connaissent pas le grand frisson de la lecture quand ils sont petits, ce sera vraiment difficile pour eux de le connaitre un jour. Les études montrent que les enfants ayant une bonne capacité à lire et à écrire tout en aimant les livres, sont plus susceptibles de réussir à l'école et dans leur vie d'adulte" a déclaré la Fondation de l'instruction des enfants après plusieurs études.

Le retour de la morale :

Aujourd'hui la morale a repris sa place dans les livres pour enfants, fortement cachée derrière des histoires distrayantes. Avec les livres personnalisés, ces morales sont plus facilement comprises et assimilées par les enfants. Ils permettent aussi aux parents d'aborder les choses de la vie avec leurs enfants de manière plus simple. Et ce sont toutes ces conversations qui laisseront leur empreinte dans le système de valeur de l'enfant.

Malheureusement, comme il est très facile d'imprimer, les livres font preuves de peu d'imagination, l'écriture et les illustrations ne sont pas exceptionnelles et ne rencontrent que peu de succès auprès des enfants. Unique Editions publie des livres personnalisés de grande qualité destinés à un public perspicace : les enfants. Les jeunes attendent des histoires passionnantes et ne pardonnent pas des illustrations simplistes. Seuls, les auteurs et les illustrateurs de talent peuvent convenir à ces lecteurs exigeants. Unique Editions sait pertinemment qu'une histoire peu imaginative sera délaissée au profit d'un dessin animé ou d'une bande dessiné. En partenariat avec It's your story, la maison d'édition redonne aux enfants la passion de la lecture depuis cinq ans.

Pour en savoir plus sur les livres personnalisés, découvrez le site de cette maison d'édition.

Repost 0
David Stéphanie Puigpinos - dans Littérature - Poésie
commenter cet article
6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 03:13

Je te contemple silencieusement peintre en triste solitaire
Frissonnant seul, sans compagnon dans cette frileuse nature d'hiver

Je te vois peindre, mais avec grande lassitude dans tes gestes et tes pas
Je décèle aussi tes yeux et regards amèrement furtifs, épuisés et las

J'ignore tout de ton existence, de ta réalité, de ta vie
De tes désirs encore moins de tes voeux et de tes envies

Je ne sais pas aussi ce qui peut te faire ainsi rêvasser
Visibles langueurs me donnant désir de pleurer

As–tu perdu celle qui illuminait en beauté tes horizons ??
Ta muse, l'essence même de tes inventions et inspirations ??

Je voudrais tant que tu récupères tes moments de bonheur
Auprès de celle qui te ravissait, qui faisait danser ton coeur

Que tu te délivres de cette amertume, de ce destructeur silence
Que tu remettes ton âme créatrice en merveilleuse transe
Que tes pinceaux reprennent à nouveaux leurs illustres danses
Que de belles oeuvres ré illuminent tes obscurités et outrances

Repost 0

Présentation

  • : Glandouillage
  • Glandouillage
  • : Magazine wéb détente (geek, humour, clip, musique, environnement, économie, travail, sport, ciné....)
  • Contact

> Accueil < Me suivre sur Google +. Me suivre sur Twitter.Me suivre sur Facebook. 
translate in english Auf deutscher Sprache übersetzt in het Nederlands vertalen traducir en español

Recherche

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Archives

Suivre ce Blog

 Bookmark and Share
 
L'appli du blog sur votre iPhone/iPad ou Androïd :
ou flashez le QR CODE :
Recevez les dernières notes du blog par email :

Les petits plus

Augmenter la taille de la police :
Ctrl + molette haut
Diminuer la taille de la police :
Ctrl + molette bas

Participez à la vie de ce blog :

Référencer sur :
 Blogue Parade portail de syndication de contenu

Le fil d'information :

Programme TV

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs

Le Top des articles/visites