29 novembre 2013 5 29 /11 /novembre /2013 18:40

Éviter les maux de tête avec ces conseils pratiques et utiles...

Si vous essayez de construire votre première terrasse, vous êtes au bon endroit. Construire une terrasse est un travail difficile, mais cela est possible avec un minimum de talents en menuiserie. Avant de commencer à construire notre terrasse, j'ai cherché sur internet pour obtenir des conseils et pour être sûr de faire les choses correctement. J'ai eu beaucoup de mal à trouver des articles qui n'étaient pas des « comment faire..» mais qui apportaient des conseils pour nous faciliter le processus. Alors j'ai décidé, vu que j'ai construit depuis ma propre terrasse, de partager avec vous des astuces que nous pensons être utiles à savoir à l'avance.

Conseil n°1 pour construire une terrasse : Acheter du bois traité sous pression.

Tout d'abord, vous DEVEZ acheter du bois traité sous pression. N'essayez pas d'acheter les 2x4 standards, car vous allez vous retrouver avec une terrasse qui va pourrir en moins de 5 ans. Si vous ne désirez pas acquérir du bois traité sous pression, vous pouvez essayer d'investir dans un bois de qualité supérieure comme le cèdre pour la construction de votre terrasse. La majeure partie du bois traité sous pression ne contient plus d'arsenic, il est de ce fait sûr et durable. Bien qu'il soit moins cher d'acheter du bois non traité sous pression, cela s'avérera moins économique pour vous à long terme, car vous aurez besoin de remplacer complètement ou partiellement votre terrasse.

Les terrasses en bois sont de plus en plus plébiscitées pour l'ambiance à la fois naturelle et exotique qu'elles créent.


Conseil n°2 pour construire une terrasse : Obtenir le bon type de fixations.

Certains codes du bâtiment exigent de l'acier inoxydable ou un type spécifique de vis galvanisées lors de l'utilisation du bois traité sous pression. Certains types de métaux peuvent corroder le bois et causer un affaiblissement des jointures. Nous avons commencé par mettre des vis tire-fond galvanisées. Lorsque l'inspecteur est venu inspecter la terrasse, il nous les a fait remplacer par d'autres en acier inoxydable. Quel gaspillage de temps et d'argent ! Il est donc primordial de se renseigner sur le type de fixation à utiliser avant d'acheter et construire la terrasse. Profitez-en au maximum. Et sans vous soucier de l'entretien de votre beau plancher de terrasse.

Conseil n°3 pour construire une terrasse : MESURER !

Mesurez le bois au magasin avant de le ramener à la maison. Encore une fois, nous l'avons appris à nos dépens. Nous avons acheté des planches 2X6 de dix pieds de long pour les utiliser comme poutres et cadre de terrasse. Comme elles étaient indiquées comme faisant dix pieds de long, nous n'avons jamais pris la peine de les mesurer. Quelle grosse erreur ! Chaque planche faisait en réalité 10 pieds 1 pouce de long. Après avoir construit l'ensemble du cadre, les planches de terrasse sont tombées à travers. Nous avons dû tout démonter entièrement rien que pour raccourcir d'un pouce 2 planches de dix pieds de long avec une scie électrique.

Conseil n°4 pour construire une terrasse : Utilisez uniquement ce dont vous avez besoin.

Lors de la construction d'une terrasse, vous trouverez que vous achetez habituellement un petit extra pour vous assurer d'avoir suffisamment de matériaux. Pendant que vous travaillez, n'utilisez que ce dont vous avez besoin. Gardez les morceaux de bois et de traverses inutilisés loin de votre table de scie afin d'éviter d'en prendre un par inadvertance. En coupant les traverses de notre terrasse au fur et à mesure, nous avons pu en récupérer une quantité d'une valeur de 19 EUR

Conseil n°5 pour construire une terrasse : Simplifier.

Lors de la construction d'une terrasse, assurez-vous de garder les choses simples et de concevoir quelque chose dans les limites de votre niveau de compétence. Si vous doutez de vos compétences de construction de terrasse, vous devriez opter pour une plate-forme simple avec un escalier simple. Nous avions l'idée de construire deux escaliers qui se rejoignent au milieu et qui nécessiteraient des coupes à un angle de 45 degrés. Il en a résulté de la frustration et le démontage de l'équivalent de 3 heures de travail. Nous avons fini en fin de compte par opter pour le plus simple, mais nous avons perdu environ 15 EUR de bois dans le processus.

Conseil n°6 pour construire une terrasse : Obtenir de l'aide !

Construire une terrasse nécessite beaucoup de fixation et de vissage. C'est pour cela que devriez demander de l'aide pour le vissage des planches et des traverses. Demandez à vos amis ou aux membres de votre famille de consacrer un peu de leur temps et récompensez-les avec un bon déjeuner ou un dîner, leur aide vous sera d'un grand secours. Pensez-y, chaque planche doit être vissée à chaque solive deux fois au moins à 8 places sur une terrasse de 10 x 12. Multipliez cela par 26 planches et vous aurez une idée du travail à accomplir ! Cela m'amène au point n°7.

Conseil n°7 pour construire une terrasse : Munissez-vous de plusieurs perceuses.

Non seulement vous aurez besoin de beaucoup d'aide, mais vous aurez également besoin de beaucoup de perceuses. Si chacun a sa propre perceuse (avec les têtes nécessaires), le travail ira beaucoup plus vite. Lors de la construction de votre terrasse, vous pouvez constater que le bois est un peu mou s'il n'a pas été séché au four. Nous avons constaté qu'il était plus facile de travailler sur le bois avec des perceuses sans fil qu'avec des perceuses électriques. Les perceuses électriques sont très puissantes et pourraient fendre le bois.

Conseil n°8 pour construire une terrasse : Vérifier les codes locaux.

Avez-vous besoin d'un permis de construction pour construire une terrasse dans votre région ? La plupart des villes l'exigent. Vous devriez contacter le service d'inspection de votre mairie pour savoir ce que vous devez faire. Ne pas suivre les codes locaux peut vous revenir très cher. Les codes locaux peuvent être très spécifiques au sujet des dimensions des poutres que vous utilisez, ainsi que des types de fixations. N'oubliez pas de vous renseigner à ce sujet, vous n'avez pas besoin de refaire le travail déjà fait.

Conseil n°9 pour construire une terrasse : Rappelez-vous, côté écorce vers le haut.

Lorsque vous installez les planches de votre terrasse, essayez de vous rappeler de la phrase "côté écorce de vers le haut". Pour chaque planche, vous devriez l'orienter de manière à ce que les anneaux de croissance s'affinent vers le haut. Cela empêchera le bois de s'incurver en rigoles et permettra également à l'eau de s'écouler plutôt que de stagner au creux de la planche.

Conseil n°10 pour construire une terrasse : Protéger votre terrasse.

Maintenant que vous avez fait tout ce travail et passé tout ce temps à construire une terrasse, vous devriez la protéger. C'est la chose principale qui permettra de prévenir la pourriture des bois. Il existe plusieurs façons de le protéger, mais je recommanderais de finir votre terrasse avec un conservateur répulsif à l'eau (WRP). Vous pouvez acheter ces WRP teintés ou transparents. Vous pouvez trouver de nombreuses informations sur le web à ce sujet, mais aussi dans votre magasin de bricolage local. Mais surtout, ne jamais peindre votre terrasse avec une finition de peinture unie. Cette peinture craquera et pèlera et sera un vrai cauchemar d'entretien.

Ces conseils devraient vous aider à éviter quelques maux de tête lors de la construction d'une terrasse. Il est important de vous renseigner sur la construction d'une terrasse avant de vous y attaquer pour avoir une terrasse robuste et belle pour les années à venir.
Depuis les planches de terrasse en bois, lambourdes en bois de la plus haute qualité jusqu'aux kits des terrasses en composite très faciles à monter sur les planchers des terrasses en bois.

Terrasses en bois.

Repost 0
17 avril 2013 3 17 /04 /avril /2013 06:10

Les menaces qui pèsent sur l'approvisionnement en pétrole et le tarissement voire l'épuisement des puits pétroliers à plus on moins courte échéance ont provoqué une frénésie pour trouver des substituts à l'or noir. Après les bio carburants et les espoirs qu'ils ont suscités, espoirs déçus à cause des coûts de production, la voiture électrique semble trouver un créneau mais, essentiellement en milieu urbain. Les énergies renouvelables aussi louables que soient leurs objectifs ne constituent pour l'instant qu'une possibilité, sinon marginale, du moins largement déficitaire. Le développement de ces energies durables doivent malgré tout être poursuivies et améliorées ne fut-ce que pour créer une pression sur les milieux énergétiques traditionnels. Finalement en l'état actuel des choses, notre dépendance vis à vis du pétrole reste bien réelle et les solutions préconisées ne sont malheureusement pas capables de nous éviter un asservissement aux pays producteurs.

Néanmoins, les milieux industriels, à la fois juge et parti, ne rechignent pas à la tâche et travaillent d'arrache pied sur différents projets dont un serait particul!èrement prometteur en termes de production, de qualité et de respect de l'environnement. Si cette étude en est encore à l'aspect expérimental, elle fait pourtant naître les plus grandes espérances.

Le phytoplancton, puisque c'est de lui qu'il s'agit, détiendrait, semble t-il, les qualités indispensables que l'on attend d' un carburant propre. Cette algue peut – elle être la réponse, même partielle, à notre sujétion au lobbying pétrolier ?

Ce projet est mené conjointement par des chercheurs espagnols et français. Les bâtiments industriels sont situés à Alicante dans le sud est de l'Espagne. L'usine récupère le dioxyde de carbone émis par une cimeterie voisine. Ce gaz est utilisé pour alimenter des micro algues prélevées dans la Meditérannée et l'océan Atlantique. Ces algues se multiplient à très grande vitesse au point de doubler de volume quotidiennement grâce au CO2 récupéré et au principe de la photosynthèse. Le but est de reproduire de manière « accélérée » le procédé de transformation du phytoplancton en pétrole. Procédé qui, naturellement, a duré des millions d'années. La macération produit un liquide très concentré qui, filtré donne une biomasse d'ou sera extrait ce biocarburant.

L'autre avantage de cette méthode est l'effet dépollueur puisque le gaz carbonique est absorbé au lieu d' être rejeté dans l'atmosphère et participer ainsi à l'effet de serre.

Tout cela lui vaut l'appelation de biopétrole.

Bien évidemment, ce système en est à ses balbutiements. La production industrielle de cet or vert ne serait envisageable que dans un terme de cinq à dix ans. A cette échéance et pour autant que ce projet recueille les faveurs d'investisseurs pour installer les infrastructures nécessaires les projections prévoient une production journalière proche de ce qui est produit aujourd'hui par l'Irak. On n'ose pas douter que les pays occidentaux soutiendront ce projet au vu des perspectives qu' il permet d'entrevoir.

Des dérivés tels que les acides gras omega 3 pourraient être produits à partir de la biomasse. D'autres applications comme le plastic et les polymères viendraient également étoffer la liste des produits connexes.

L'attente et les espoirs qu'engendrent ce projet sont énormes. Tout aussi énormes sont les conséquences que cela impliquerait tant pour les pays producteurs actuels que pour les utilisateurs que nous sommes. Un tel bouleversement induirait à l'échelle planétaire une totale redistribution des cartes et des zones d'intérêt geostratégique. Pas sûr qu'on enverrait encore des troupes au Koweit et ou en Irak en cas de conflit local.

Plus d'info : http://blogaffiliation.wordpress.com

Repost 0
David Fréson José - dans Environnement
commenter cet article
9 mars 2013 6 09 /03 /mars /2013 09:59

La surconsommation désigne un niveau de consommation situé au-dessus de celui des besoins normaux ou d'une consommation moyenne.

Image édifiantes provenant du film Samsara (mot tibétain qui signifie la roue de la vie, un concept à la fois intime et vaste, qui définit l'âme de chacun) qui sortira au cinéma le 27 mars.

Repost 0
24 février 2013 7 24 /02 /février /2013 09:32

Est-ce que mon véhicule peut réellement économiser du gasoil et consommer ? Une "ÉNERGIE 100 % GRATUITE" ?? La réponse est oui. Le biodiesel pour un carburant moins cher et écologique est devenu une réalité grâce au moteur à hydrogène.

Avec la flambée du prix du carburant, les astuces pour faire des économies sont les bienvenues. Certains d'entre nous aimeraient bien pouvoir en faire plus pour l'environnement. Le domaine de l'automobile évolue à grand pas dans ce sens. La conduite d'une automobile hybride ou électrique le démontre bien.

Est-ce que mon véhicule peut réellement consommer une "énergie 100 % gratuite"? Est ce qu'on peut construire un moteur non polluant et qui ne consomme presque pas de carburant ?

La réponse est oui, c'est possible ! même si nous n'avons aucune expérience en mécanique ou en électronique. Grâce au "processus multi-carburants" ou "réacteur pantone" on peut avoir un carburant moins cher: le biodiesel.

Le système s'applique pour tous moteurs thermiques (moteurs de tondeuse et motoculteur 4 temps, moteurs de voiture et camion à essence ou diesel, groupe électrogène, chaudière de chauffage central à fuel, etc... le but est d'utiliser un carburant contenant 25% d'hydrocarbures (essence, fuel, huile de vidange usagée, pétrole brut, etc...) + 75% d'eau (eau de pluie, de puits, du robinet ou bien provenant tout simplement du système d'épuration de vos eaux grises et vannes, etc...). En fait, ce n'est pas l'eau qui est intéressante, mais l'hydrogène quelle contient.

Je pense qu'il est judicieux de ne pas travailler seul dans son coin, nous n'avons rien à cacher ou à s'approprier, travailler à plusieurs permet d'avancer (d'évoluer) plus rapidement. Il faut transmettre l'information sans réticence, nous sommes tous sur "le même bateau", lorsque notre planète mère aura atteint le point de non retour, qu'elle sera à l'agonie, elle n'épargnera personne ! D'ailleurs, n'a t-elle pas déjà commencée ?

La "machine" est déjà en route ! A vous de continuer le mouvement perpétuel, qu'est la transmission de l'information, en partageant cet article avec votre entourage et en faisant des copies des plans qui vous seront dévoilés sur mon site et de les distribuer tout autour de vous.

Si vous trouvez cet article bénéfique et vous souhaitez avoir plus de détail sur ce processus, n'hésitez pas à visiter ce site web qui rendra votre voiture encore plus écologique, comme ça vous aurez bien fais votre bonne action envers notre environnement.

Repost 0
David Abdellatif AACHOUANE - dans Environnement
commenter cet article
12 février 2013 2 12 /02 /février /2013 12:29

La préservation de l'environnement est devenue une priorité dans notre vie de tous les jours. Pour autant il n'est pas toujours facile de savoir comment se comporter en éco citoyen quand il s'agit d'imprimer. Voici quelques idées pour participer au développement durable et quelques conseils pour acheter un matériel plus écologique pour imprimer.

Le papier :
Le papier est indispensable mais il est fabriqué à partir de nos précieux arbres qu'il nous faut préserver. Pour réduire l'impact sur l'environnement, des labels ont été créés pour que le consommateur puisse repérer les ramettes de papier qui sont les plus respectueuses de notre planète. En premier lieu, il y a le label FSC qui garantit que le papier acheté provient de forêts gérées durablement.
En effet les arbres sont replantés et on veille à ce que le nombre d'arbres abattus ne soit pas trop élevé pour protéger la forêt. Le label PEFC a le même objectif. Ces deux labels existent également pour le bois et les meubles par exemple.

La France a son label national, NF environnement, et un label existe aussi à l'échelle européenne, l'écolabel européen, qui est en forme de fleur dont les pétales représentent les étoiles de l'union.
Ces deux derniers sont présents sur de nombreux autres produits, citons par exemple les produits ménagers. Ensuite vous pouvez trouver du papier recyclé, celui-ci peut avoir une couleur un peu différente, il vaut mieux l'utiliser pour son usage personnel. A noter que beaucoup d'associations l'utilise.

Les cartouches d'encre :
Tout d'abord il faut y penser dès l'achat. Quand on a le choix il est judicieux de choisir des cartouches rechargeables. Cela évitera de consommer trop d'emballage et ce sera plus économique pour vous.

Certaines cartouches sont transparentes ce qui vous permet de voir le niveau d'encre restant. Le label NF environnement vous permet de trouver des cartouches plus écologiques. Par ailleurs, il ne faut pas oublier de recycler vos cartouches usagées, elles seront reconditionnées et réutilisées.
Certaines associations les récupèrent et également certains magasins, notamment ceux où il est possible de recharger vos cartouches.

A noter qu'il est même possible de les envoyer par la poste gratuitement, il vous suffit de remplir un formulaire sur internet pour qu'on vous envoie une enveloppe dans laquelle vous retournerez vos cartouches. De nos jours de plus en plus d'efforts sont entrepris pour favoriser cette filière de recyclage. Vous pouvez aussi utiliser les cartouches reconditionnées dont on a parlé précédemment. Elles ont été testées avant d'être vendues, vous n'aurez donc aucun problème de dysfonctionnement et elles sont moins chères.

Si vous avez des cartouches de la marque de votre imprimante vous pouvez les faire recharger, il est possible de recharger chaque cartouche deux ou trois fois, ou alors vous pouvez acheter un kit pour les recharger vous-même à la maison.

Les imprimantes :
Aujourd'hui les imprimantes intègrent beaucoup de fonctionnalités ce qui les rend plus écologiques. En effet alors qu'avant il fallait plusieurs appareils différents, une imprimante, une photocopieuse, un scanner et un fax, maintenant une seule et unique machine suffit pour faire tout cela. C'est beau le progrès !

Pour faire encore mieux pour préserver notre planète vous pouvez privilégier une imprimante qui imprime recto verso.

Quand vous voudrez changer votre imprimante, là encore vous pouvez aider l'environnement. Si votre imprimante ne fonctionne vraiment plus et qu'elle ne peut pas être réparée confiez la au magasin où vous achèterez une nouvelle imprimante, ils sont obligés de la reprendre !

En effet pour chaque produit électrique, électronique ou informatique nous payons une éco taxe qui permet de financer le recyclage de ces produits.

Si par contre votre imprimante fonctionne toujours vous pouvez soit la revendre ou la donner, ou soit la confier à des associations caritatives. Elle sera réparée si besoin et revendue à bas coût à des personnes qui n'ont pas forcément les moyens d'en acheter une neuve.

Jules Lenoir (Découvrez le site) écrit pour une cartouche qui propose une gamme exceptionnelle de consommables pour les particuliers et les entreprises.

Repost 0
David Jules Lenoir - dans Environnement
commenter cet article
8 février 2013 5 08 /02 /février /2013 20:46

La permaculture est une science qui vise à l'installation de communautés humaines durables. Elle touche de nombreux sujets : l'habitat, l'eau, l'énergie, l'agriculture, l'humain mais aussi la production nourricière, dont le potager est d'un des organes importants. Tour d'horizon de certaines techniques de permacultures au jardin potager !

Tout d'abord le coeur de la permaculture est le design ou la planification. Ce qui veut dire que chaque éléments de votre potager sera placé de manière réfléchie en ayant tenu compte de ces besoins, ainsi que de sa production. Donc tous travaux commencera par un plan réfléchi et une étude de vos objectifs au jardin.

Ensuite les interrelations bénéfiques entre les plantes seront privilégiées, l'exemple des trois soeurs, utilisées depuis longtemps par les mayas est très probant: courges, haricots et mais sont cultivés ensemble et mutualisent leurs forces. Chaque éléments prends ses nutriments à des profondeurs différentes dans le sous sol, et certaines plantes fertilisent même leur collègues. Le mais va pousser et servir de tuteur aux haricots, la courge, quand à elle, va couvrir le sol avec ses grandes feuilles, stopper l'évaporation et donc retenir l'humidité. Nous aurons donc une triple coopération et récolte sur un même espace.

Une autre technique souvent rencontrée dans les jardins en permaculture, est la technique des buttes de cultures. Elles présentent plusieurs avantages :

Plus d'espace disponible pour cultiver, pour la même emprise au sol,
Une quantité de substrat augmentée pour un développement plus important du système racinaire et par incidence une meilleure production,
Moins d'effort pour le jardinier qui se baisse moins, l'eau ne stagne pas dans la butte,
La température du substrat est améliorée car le soleil la réchauffe plus facilement et plus rapidement....

Dans ces buttes, l'association des cultures est essentielle. Certaines espèces s'entraident et d'autres ne peuvent pas se supporter. Tous les ouvrages de jardinage bio présentent maintenant comment organiser se compagnonnage.

Le jardinage bio-intensif est lui aussi de plus en plus utilisé par les permaculteurs notamment dans les petits espaces. Il s'agit de préparer la terre par un double-bêchage (deux hauteurs de bêche), soit environ 60 cm, ce qui permet d'aérer fortement le sol, et de permettre aux racines de s'implanter très profondément dans celui-ci. Il faut savoir qu'une racine de Laitue « heureuse » peut descendre à -60cm ! Les semis et plantations seront installés très serrés dans cette méthode, de manière a vraiment intensifier le rapport rendement/espace et pour créer un couvre-sol vivant. Pour cela le sol devra être enrichi en nutriments régulièrement et la recette miracle est un compost bien réalisé (valable d'ailleurs pour toutes ce techniques !).

Le tas de compost devra être bien équilibré, une couche de matériaux azotés (verdure) de 15cm, une couche de matériaux carbonés de 15 cm, un peu de terre végétale riche 5cm, des minéraux, ou plantes qui en apportent : algues, consoude, ortie, os brulés, coquilles d'oeufs broyées, et essayez d'incorporer aussi du fumier de vache, de cheval, de la fiente de poule etc...Vous pouvez aussi incorporer un peu de cendres pour sa teneur en potasse, mais allez-y doucement! Plus les apports dans le compost seront diversifiés, plus vous armerez vos futures plantes et par incidence vous même, contre les agressions! N'oubliez pas d'apporter la matière principale à la réussite de votre compost, de l'eau, le compost doit être bien humide mais quand vous en pressez une poignée dans votre main, elle ne doit pas goutter! Et veillez, à ce que l'humidité et la température reste constante (pas plus de 55°c, vous perdrez sinon beaucoup de carbone et donc de sol dans la réaction).

Enfin, une autre des clés du jardinage en permaculture est le fait de couvrir le sol d'un mulch de paille, de feuilles, bois fragmenté, cartons etc... Ces matériaux vont permettre de conserver l'humidité dans le sol, de le protéger des fortes pluies et de l'érosion, de nourrir sa fertilité avec l'aide des micro-organismes et des vers, et enfin il coupera l'arrivée de lumière et diminuera considérablement l'invasion de vos belles cultures par des indésirables. Si vous utilisez de la âille, veillez à ce qu'elle n'est pas trop de grain, qui, dans le cas contriare, fera le bonheur des rongeurs.

Comme vous le comprenez, il n'est pas nécessaire d'acheter quoi que ce soit pour faire pousser vos légumes, la nature nous a déjà tout donné. En suivant ces principes simples, vous vous apercevrez que vous ne travaillerez pas beaucoup plus, que vous économiserez de l'argent et que vous obtiendrez de plus belles récoltes ! L'étape suivante sera elle aussi très importante, mais pour un autre article : la production de vos propres semences ! Allez, au boulot !

Découvrez le site sur la permaculture de l'auteur.

Repost 0
7 février 2013 4 07 /02 /février /2013 13:53

Aimeriez-vous réduire vos factures de carburant ? et les émulsions de gaz toxique dans l'air ? Vous voudriez construire un moteur non polluant et qui ne consomme presque pas de carburant ?

Vous n'avez plus qu'à vous lancer dans l'aventure ! A découvrir.
Le "processeur multi-carburants" ou réacteur à plasma endothermique

Le principe :
Le système s'applique pour tous moteurs thermiques (moteurs de tondeuse et motoculteur 4 temps, moteurs de voiture et camion à essence ou diesel, groupe électrogène, chaudière de chauffage central à fuel, etc... le but est d'utiliser un carburant contenant 25% d'hydrocarbures (essence, fuel, huile de vidange usagée, pétrole brut, etc...) + 75% d'eau (eau de pluie, de puits, du robinet ou bien provenant tout simplement du système d'épuration de vos eaux grises et vannes, etc...). En fait, ce n'est pas l'eau qui est intéressante, mais l'hydrogène quelle contient.

Comment ça marche :
Ce multi-carburant est porté à ébullition dans un réservoir grâce aux gaz d'échappement qui y sont conduits par le biais d'un bulleur. Nous obtenons là, ce que nous pourrions appeler une micro raffinerie, puisque nous retrouvons le même procédé de distillation du pétrole brut utilisé en industrie pétrolière. Les vapeurs d'hydrocarbures et d'eau dégagées par l'ébullition passent dans le fameux réacteur à plasma (plasma=gaz électrifié) où se reproduit le principe de l'orage. La décomposition thermochimique du mélange eau/carburant s'effectue dans ce réacteur. La vaporisation de ce nouveau mélange dans la chambre d'admission crée de l'hydrogène disponible, qui, mélangé au carburant, génère un hydrocarbure à haut rendement.

Avantages de ce système :
• Elimination à concurrence de 99% des rejets de la pollution générés par les voitures et les camions
• Augmentation l'autonomie de votre moteur jusqu'à 300%
• Dépollution de notre environnement en réutilisant nos déchets
• Augmentation de la durée de vie des moteurs par 10
• Suppression de tous les carburateurs et pots catalytiques, dont ces derniers sont loin d'être aussi efficaces comme on veut nous le faire croire
• Réduction considérable de sa facture de transport
• Réduction de l'exploitation des ressources naturelles
• Réduction des risques de pollution de nos océans (Erika en Bretagne et les autres...)
• Etc...

Tous les plans pour la construction de ce moteur sont disponibles sur le blog.
Recevez dès cet instant 7 leçons et économisez jusqu'à 50% de carburant en visitant le site.

ab.aachouane@eco-ecolo.com : Infopreneur, webmarketeur, Blogueur. Découvrez le site ici.

Repost 0
David Abdellatif AACHOUANE - dans Environnement
commenter cet article
18 juin 2011 6 18 /06 /juin /2011 20:12

Le 6 juin 2011 est assurément à marquer d'un pierre blanche. En effet, pour la première fois en Europe et peut être dans le monde, un train utilisant l'énergie solaire a circulé dans le nord de la Belgique et plus précisément dans la région anversoise. 

Cet exploit a été rendu possible grâce à la collaboration entre le gestionnaire de l'infrastructure ferroviaire, Infrabel, et la société de production d'énergie verte, Enfinity. Ce projet représente un investissement de plus de 15 millions d'euro.

Au moins 16000 panneaux solaires ont été installés sur le toit d'un tunnel de la ligne à grande vitesse reliant Bruxelles à Amsterdam. Cela a permis d'éviter des travaux aux abords extérieurs du tunnel et par conséquent une dégradation de l'environnement.

Hormis l'utilisation de cette électricité verte pour l'alimentation des trains, les gares profitent également de cette innovation pour le chauffage et l'éclairage.

Le tunnel d'une longueur approximative de +/- 3,5 kilomètres avait déjà été conçu au départ dans un but environnemental. Il devait servir à réduire l'incidence de la circulation routière dans une région boisée. La pose de panneaux solaires renforce encore cette volonté de protéger les zones sensibles environnantes.

La production de plus de 3000 MégaWattHeure annuels correspond à la consommation de + /- 1000 familles.

Chaque année 4000 trains pourront bénéficier des avantages de cette première européenne voire mondiale. Ils circuleront entre les gares d' Anvers Nord et Anvers Sud. Cette utilisation annuelle correspond à une réduction en énergie produite de manière traditionnelle par les centrales électriques ou à gaz égale à une journée normale de circulation sur l'ensemble du réseau ferroviaire belge.

Nul doute que cette technologie est destinée à un bel avenir. Si les résultats espérés se concrétisent il est certain que d'autres sociétés ferroviaires se bousculeront au portillon pour équiper leurs réseaux respectifs.

Pour en savoir plus : http://naturenvironnement.wordpress.com

Source: Fruitymag

Repost 0
David Fréson José - dans Environnement
commenter cet article

Présentation

  • : Glandouillage
  • Glandouillage
  • : Magazine wéb détente (geek, humour, clip, musique, environnement, économie, travail, sport, ciné....)
  • Contact

> Accueil < Me suivre sur Google +. Me suivre sur Twitter.Me suivre sur Facebook. 
translate in english Auf deutscher Sprache übersetzt in het Nederlands vertalen traducir en español

Recherche

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Archives

Suivre ce Blog

 Bookmark and Share
 
L'appli du blog sur votre iPhone/iPad ou Androïd :
ou flashez le QR CODE :
Recevez les dernières notes du blog par email :

Les petits plus

Augmenter la taille de la police :
Ctrl + molette haut
Diminuer la taille de la police :
Ctrl + molette bas

Participez à la vie de ce blog :

Référencer sur :
 Blogue Parade portail de syndication de contenu

Le fil d'information :

Programme TV

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs

Le Top des articles/visites