5 juin 2008 4 05 /06 /juin /2008 09:11

Il va falloir s'y habituer. 70 euros pour un plein de gazole sur une Renault Clio, 100 euros pour une Peugeot 607... Inimaginable il y a quelques mois, ce constat interpelle doublement les automobilistes qui ont choisi de rouler au diesel. Non seulement, le prix à la pompe de leur carburant habituel atteint des sommets mais, surtout, il talonne - voire, parfois dépasse - celui du super 95 alors qu'en avril 2007, le litre d'essence était encore 21,5 centimes plus cher.

Ce rééquilibrage bouscule les données qui, jusqu'alors, déterminaient le choix d'un modèle, et amène forcément à se demander dans quelles conditions il est encore rentable de rouler avec un moteur diesel.

Le boom du diesel. L'explosion du prix du litre de gazole - imputable à la flambée des cours du brut mais aussi aux capacités de raffinages insuffisantes qui amènent les pétroliers à importer des produits raffinés - intervient au moment où l'on n'a jamais vendu autant de voitures diesel en France. Leur proportion parmi les ventes de véhicules neufs, qui était de 50 % en 2000 et de 74 % en 2007, a bondi à 80 % depuis le début de l'année.

Cette croissance sans précédent est largement due au système de bonus malus mis en place par l'Etat afin d'encourager les achats de modèles les moins polluants. D'où l'impression tenace, chez les néo-convertis au diesel, de s'être fait piéger.

Le budget carburant. Proportionnelles à la consommation énergétique, les émissions de CO2 sont plus élevées pour un moteur essence que pour un diesel, sensiblement moins gourmand. Une Twingo en version essence, réclame 5,7 litres aux 100 km contre 4,3 litres pour le modèle diesel, certes un peu moins puissant, soit un différentiel de 1,4 litre. Pour une Golf, l'écart atteint 1,8 litre, et il est encore plus important pour une grosse familiale. Conclusion : à prestations comparables, le budget carburant demeure moins élevé pour un modèle diesel, même avec un prix au litre égal à celui du super. Les innovations (injection directe à très haute pression, réduction des effets de friction, pneus à faible résistance au roulement) ont porté leurs fruits. L'exemple le plus spectaculaire est à chercher chez BMW, marque très huppée mais dont une bonne partie de la gamme peut prétendre au "bonus écologique" (émissions inférieures à 130 grammes de CO2 au kilomètre). Ainsi, la BMW Série 118d (143 ch) se contente, en conduite normale, d'une consommation d'environ 5,5 litres aux 100 km et bénéficie d'une prime à l'achat de 700 euros. Une performance technique qu'il faut saluer, mais qui amène aussi à s'interroger sur un dispositif qui aboutit à subventionner l'achat de modèles dont le prix d'achat peut dépasser les 32 000 euros...

L'achat et l'entretien. Un modèle diesel coûte plus cher à l'achat (l'écart est au moins de 1 500 à 2 000 euros par rapport au modèle essence). En outre, son entretien, plus fréquent, est aussi nettement plus onéreux. Malgré l'effet des bonus (de 200 à 1 000 euros), ce différentiel demeure élevé.

Le kilométrage. Compte tenu de ces variables, seuls les "gros rouleurs" ont donc intérêt à rester des inconditionnels du diesel. Selon des évaluations réalisées parl' Argus de l'automobile, il faut rouler 150 000 kilomètres pour qu'une petite Citroën C1 diesel soit rentable par rapport au modèle essence. Pour une Twingo, il faudra parcourir plus de 33 000 kilomètres pour qu'un modèle diesel soit vraiment profitable, et le seuil atteint 60 000 km pour une Volkswagen Golf, 45 000 km pour une Peugeot 207 ou 90 000 km pour une Ford Focus.

Des chiffres à comparer avec le kilométrage moyen des Français - en recul régulier, du fait du prix de l'essence - qui se situe autour de 12 500 kilomètres par an. En clair, une proportion non négligeable de consommateurs se précipite sur le diesel sans y avoir manifestement intérêt.

Le retour des moteurs essence. Les constructeurs ont déjà anticipé un reflux des ventes de modèles diesel en améliorant la technologie des moteurs essence. Plus petits pour une performance inchangée, parfois dotés d'un turbocompresseur, ils sont moins polluants et plus économes. L'entrée en vigueur, en 2009, des normes Euro5, plus contraignantes dans le domaine des particules imbrûlées et des émissions d'oxydes d'azote (NOx), va imposer des investissements qui vont surtout renchérir le coût de fabrication des moteurs diesel.

L'essor des motorisations hybrides (essence/électricité) et, à plus long terme, des modèles urbains à traction électrique, pourrait contribuer à réduire la part du diesel qui, à l'heure actuelle, représente un peu plus de 50 % de la totalité du parc automobile français.
Article paru dans l'édition du Monde le 03.06.08 par Jean-Michel Normand.

Repost 0
5 juin 2008 4 05 /06 /juin /2008 02:37

Repost 0
4 juin 2008 3 04 /06 /juin /2008 22:08

Repost 0
4 juin 2008 3 04 /06 /juin /2008 19:09

La folie ch’ti gagnera l’été, et pas seulement sur le grand écran. En juin, la sacro-sainte émission estivale Intervilles permettra à Bergues d’affronter Saint-Amand pour une rencontre 100 % nordiste dans la cité thermale. En direct, en prime time, sur France 3 !
Autant exploiter le bon filon jusqu’au bout !
Le 29 ou 30 juin, la première émission d’Intervilles mettra aux prises Saint-Amand à Bergues. À une heure de forte audience, ce sera encore tout bénef pour une ville de Bergues qui se « paiera » à nouveau une campagne de communication (presque) gratuite. La cité flamande ne remerciera jamais assez Dany Boon d’avoir posé ses caméras à l’intérieur de ses remparts.

José Szymaniak, adjoint au tourisme et à la communication de la nouvelle municipalité, prend l’offrande avec un réel plaisir : « Tout s’est décidé en peu de temps. Depuis aujourd’hui (NDLR : hier), je peux vous confirmer la nouvelle. Nous irons à Saint-Amand. » Après avoir effectué des repérages il y a une quinzaine de jours sur la grand-place, les producteurs de l’émission ont en effet abandonné l’idée de réaliser l’émission à Bergues. M. Launoy, coproducteur chez Mistral Production, s’est vite aperçu que l’endroit serait trop étroit pour le grand barnum de France 3  : « Il nous faut 6 000 m². À Bergues, ce n’est techniquement pas possible. »
 

Repost 0
David DaV!D - dans TV
commenter cet article
4 juin 2008 3 04 /06 /juin /2008 18:40

La Commission européenne a déclenché mercredi le système d'alerte européen sur les risques radioactifs après un incident survenu dans une centrale nucléaire en Slovénie, à Krsko, qui est en cours de mise à l'arrêt.

"Pour l'instant, aucune fuite dans l'environnement n'a été identifiée", a précisé la Commission dans un communiqué.
"Il n'y a pas de danger pour la population et l'environnement", a ajouté une porte-parole de la présidence slovène de l'UE à Bruxelles, Maja Kocijancic, soulignant que la fuite ne concernait aucune matière radioactive, mais de l'eau.
Le système d'urgence européen d'information sur la radioactivité ECURIE a reçu à 15H38 GMT un message d'alerte de la Slovénie après la détection d'une fuite dans le système de refroidissement de la centrale, dans le sud-ouest de la Slovénie, a indiqué la Commission dans un communiqué.
L'information a ensuite été communiquée à tous les Etats membres.

La centrale a décidé de mettre à l'arrêt le réacteur, dont la puissance était réduite à 22% vers 17H30 GMT.
Ce système d'alerte a été créé par l'UE en 1987 après l'explosion de la centrale soviétique de Tchernobyl. Il permet aux Etats membres de communiquer en cas d'"accident nucléaire majeur ou d'urgence radioactive", selon la Commission.
Il est utilisé fréquemment, a indiqué le porte-parole de la Commission chargé de l'Energie Ferran Tarradellas. Mais il est très rare que Bruxelles juge que l'incident vaille la peine d'être rendu public.
La centrale de Krsko (120 km de Ljubljana) avait été arrêtée pendant un mois en fin d'année dernière pour des travaux de maintenance. Exploitée en commun par la Slovénie et la Croatie, elle a été construite par le consortium américano-japonais Westinghouse et mise en service en 1983. Elle produit 20% de l'électricité consommée en Slovénie et 15% de celle utilisée en Croatie. 

La Slovénie avait annoncé l'an dernier un projet de construction d'un second réacteur pour cette centrale d'ici 2017.
Source : AFP

Repost 0
4 juin 2008 3 04 /06 /juin /2008 17:15

Repost 0
4 juin 2008 3 04 /06 /juin /2008 15:13

The Police s'était séparé en 1984, en plein succès. Les membres du groupe, Sting, Andy Summers et Stewart Copeland, avaient ensuite mené des carrières solo.
Après une absence de vingt ans, le groupe Police a repris du service par une tournée mondiale et ils passeront par le Stade de France les 29 et le 30 septembre pour leur 30ème anniversaire pour y intérpretert tous les classiques comme "Roxanne",  "So Lonely", "Can’t Stand Losing You" et certainement ce morceau moins connu du public que j'adore "Wrapped around your finger".

 

Repost 0
4 juin 2008 3 04 /06 /juin /2008 13:06

Repost 0
4 juin 2008 3 04 /06 /juin /2008 12:56

Quiconque aurait cru à une blague, une très bonne blague ! Mais le 4 mai dernier, une contrôleuse de la SNCF n’avait pas du tout l’intention de rire. Les escargots n’avaient pas pris leur billet.

Ce jour-là, il est 19 h 40 quand Nicolas Bouchet, un Arlésien de 28 ans, embarque dans le train Avignon - Marne-la-Vallée. Il s’assoit sur la banquette d’un interwagon et dépose à ses pieds une boîte de « 20 cm sur 30 cm » comme il nous l’explique. « A l’intérieur, il y avait simplement une vingtaine d’escargots ! Le but était de les faire découvrir aux enfants de la classe de maternelle dont je suis l’instituteur », détaille-t-il.

Le voyage était, pour les mollusques et leur propriétaire, bien paisible jusqu’à la venue d’une contrôleuse. « Elle m’a logiquement dressé un PV parce que j’avais dû prendre le train précédent au mien pour des questions d’organisation, sur cela je n’ai rien à dire. Sauf qu’ensuite, elle m’a demandé ce qu’il y avait dans ma boîte. Je pensais qu’elle s’intéressait, comme beaucoup de passagers depuis le début de mon trajet, à ce que j’allais bien pouvoir en faire. Mais pas du tout. Elle m’a demandé si j’avais un billet pour les escargots ! J’ai bien sûr cru à une vanne, mais elle m’a ajouté un PV de 5,10 euros », se rappelle Nicolas, encore abasourdi.

Le week-end suivant, Nicolas redescend à Avignon avec la même boîte. Remplie des mêmes escargots mais cette fois… pas de PV. Alors quid de cette situation plus qu’insolite ?

Du côté de la SNCF, point de surprise à l’énoncé des faits. « Cette dame n’a pas fait de zèle. Tout animal vivant doit avoir un billet de transport, c’est la règle », assurait, sans sourciller, Mickaël Diradourian, attaché de presse Paca de la SNCF. « De plus, notre entreprise considère que le billet constitue une assurance au cas où le train aurait un accident et que les animaux viendraient à trouver la mort. »

Tout simplement poilant ! Dans ce cas-là, pour être réellement précis et respectueux des « règles » de la SNCF, chaque escargot aurait dû s’acquitter d’un titre de transport en bonne et due forme. Mais les explications ne s’arrêtent pas là ! « Suivant la nuisance de votre animal, les passagers voisins sont en droit de vous faire changer de place. Voire, cas très rare, de demander votre descente du train. »

Heureusement pour Nicolas, et même si sa « meute » d’escargots a bien failli avaler sa bave de travers en voyant la contrôleuse sortir sa souche de PV, ses adorables mollusques se sont tenus à carreaux…
Edition France Soir du mercredi 4 juin 2008 n°19814 page 7

Repost 0
4 juin 2008 3 04 /06 /juin /2008 12:22

Les perles du BAC reviennent ! Bic réédite cinq films hilarants à savourer ci-dessous.

"A la ville" :


"Révolution Française" :


"De Gaulle" :


"Racine Carrée" :


"Le chiffre Zéro" :
Repost 0

Présentation

  • : Glandouillage
  • Glandouillage
  • : Magazine wéb détente (geek, humour, clip, musique, environnement, économie, travail, sport, ciné....)
  • Contact

> Accueil < Me suivre sur Google +. Me suivre sur Twitter.Me suivre sur Facebook. 
translate in english Auf deutscher Sprache übersetzt in het Nederlands vertalen traducir en español

Recherche

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Archives

Suivre ce Blog

 Bookmark and Share
 
L'appli du blog sur votre iPhone/iPad ou Androïd :
ou flashez le QR CODE :
Recevez les dernières notes du blog par email :

Les petits plus

Augmenter la taille de la police :
Ctrl + molette haut
Diminuer la taille de la police :
Ctrl + molette bas

Participez à la vie de ce blog :

Référencer sur :
 Blogue Parade portail de syndication de contenu

Le fil d'information :

Programme TV

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs

Le Top des articles/visites