7 février 2013 4 07 /02 /février /2013 09:04

Un court-métrage futuriste de Eran mai-raz et Daniel Lazo.

Repost 0
6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 13:50

Repost 0
6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 12:57

Dom La Nena, le clip coup de coeur de

Voici un coup de coeur, un trésor intime de chansons folk tendres et lusophones, qui font la part belle aux choeurs et à des arrangements acoustiques insolites et élégants. La chanteuse violoncelliste brésilienne, installée en France, Dom La Nena, a accompagné Jane Birkin, Coming Soon, Étienne Daho, Rosemary Standley de Moriarty, Piers Faccini. A 23 ans, c’est avec ce dernier que Dom La Nena a enregistré son 1er album "Ela" qui sort en France le 18 février.

Piers Faccini lui a offert l’asile poétique en l’invitant à enregistrer en solitaire dans son home studio. L’album "Ela" reflète cette plongée dans les profondeurs de l’âme et ces élans vers le monde extérieur, parsemée de longs moments de solitude et de vifs instants de partage. "C’est un disque de passage", conclut Dom La Nena. On y retrouve Piers Faccini, Camille qui est un soutien de la première heure, ainsi que deux prodiges de la scène brésilienne Thiago Pethit et Kiko Dinucci. Ecoutez le titre "No Meu Pais", il y a de grandes chances que vous aussi vous tombiez sous le charme.

C’est une histoire d’exil et de mémoire, sur laquelle soufflent à la fois un vent de liberté et un parfum de nostalgie. C’est un voyage intérieur dans l’espace et le temps, à mi-chemin du réel et de l’imaginaire. C’est une musique comme seul le cœur des déracinés sait en inventer. C’est la musique de Dom La Nena, dont la vie sans attaches tisse en filigrane, par petites touches suggestives, la trame de son premier album, "Ela".

Dom née en 1989 à Porto Alegre. C’est là, dans cette métropole ronronnant au sud du Brésil, qu’elle s’abandonne très tôt aux charmes de la musique. Elle découvre et explore alors les richesses du piano, puis du violoncelle, qui deviendra son indéfectible compagnon de route. Mais c’est sous d’autres cieux que se jouera l’essentiel de son apprentissage. D’abord à Paris, où elle vivra cinq années de son enfance ; puis à Buenos Aires où, adolescente, elle partira se forger son destin d’instrumentiste auprès de sommités du violoncelle comme la grande Christine Walevska.

Lorsqu’elle revient à Paris, Dom n’a que 18 ans ; mais elle est déjà mûre pour faire le mur. Après avoir franchi des frontières pour parfaire la maîtrise de son art, elle est désormais prête à briser les barrières des genres musicaux. S’échappant des couloirs du conservatoire, trop étroits pour elle, et d’une possible carrière de musicienne d’orchestre, elle s’embarque comme violoncelliste dans l’équipe de Jane Birkin, qui l’entraîne dans une longue tournée internationale. Avide de rencontres et d’expériences, elle frotte aussi occasionellement son archet contre les cordes sensibles de Camille, du groupe Coming Soon et de Piers Faccini, avec lesquels elle s’initie aux vertiges de l’échange, de l’écoute et de l’improvisation. Elle se crée aussi une belle complicité avec la chanteuse Rosemary Standley (Moriarty), avec laquelle elle revisite aujourd’hui sous le nom de Birds on a Wire un vaste répertoire de classiques de tous les temps, depuis Monteverdi jusqu’à Leonard Cohen.

De cette odyssée de jeunesse, entre parcours initiatique et éducation musicale, Dom La Nena a tiré la partition intime des chansons d’Ela, qu’elle a composées au retour du périple avec Jane Birkin, dans la pleine solitude de son home parisien. Des chansons si proches d’elle qu’elle a préféré un temps les garder secrètes. “J’ai écrit les textes en portugais car je ne voulais pas que mon entourage les comprenne, dit-elle. J’avais peur de trop me dévoiler.” Ela, pourtant, n’entre pas dans le registre rebattu de la confession autobiographique. Mais c’est bien à travers un prisme expressif éminemment personnel que Dom, d’une voix nue et dénuée de tout effet tapageur, fait passer sa propre histoire. Mêlant réminiscences, images, évocations et éléments de pure fiction, ses textes semblent emprunter autant à la mécanique poétique du souvenir qu’à la mystérieuse science des rêves. Et c’est ainsi, sans jamais s’abaisser à la moindre impudeur, que la musicienne, effectivement, se dévoile, à nulle autre pareille, dans toute l’évidence de sa singularité.

Qu’elles revêtent les atours d’une valse (Anjo Gabriel, Dessa Vez, Buenos Aires) ou adoptent le tempérament d’une comptine (Você, Cançao Boba), qu’elles se laissent entraîner dans le tourbillon d’une danse (Batuque, Sambinha) ou dans des humeurs plus songeuses (Conto de Fadas, Menina Dos Olhos Azuis), les chansons de Dom La Nena relèvent toutes de la ritournelle, au sens premier et profond du terme. Tout en elles invite en effet à une forme de retour : retour sur soi comme à l’essence même du jeu, du chant et du geste musicaux, retour aux sources sensibles de l’enfance comme sur le temps écoulé. De leurs mélodies s’exhalent ainsi la naïveté des primes années comme la mélancolie diffuse qui accompagne toute entrée dans l’âge adulte, la fraîcheur des origines comme les subtiles fragrances de la saudade.

En panachant éclats de lumière et plages d’ombre (voir l’inquiétude qui court dans les traits de violoncelle de O Vento ou tout au long d’Ela), Dom, dans un fourmillement de nuances instrumentales et vocales, parvient aussi à mêler les sentiments contrastés qui fondent sa condition d’apatride. No Meu País ou l’ultime Saudade retranscrivent ainsi ce doux déchirement qu’imprime la distance avec la terre natale, et cet écart insondable qui, au fil du temps, se creuse avec elle. “Dans Saudade, raconte Dom La Nena, j’évoque le retour dans une grande ville comme Porto Alegre, qui est finalement assez provinciale : les lieux et les gens n’ont pas changé, alors que moi, je ne suis plus la même. Avec l’éloignement et la sensation de manque, on a facilement tendance à se créer un mélange d’images et de souvenirs idéaux : tout cela crée un décalage qui grandit avec le temps. Aujourd’hui, je vis à la fois avec une sorte d’orgueil national ancré au fond de moi et avec l’impression de ne pas être brésilienne… Petit à petit, j’en suis venue à rechercher et à inventer par moi-même un repère, à me créer mon propre pays idéal, qui n’existe pas vraiment. ” Ce pays intérieur, Dom La Nena, grâce aux ressources mouvantes, impalpables et inépuisables de la musique, est donc parvenue à lui donner la forme d’un album. Mais pour qu’Ela soit conforme à ses visions et à ses espérances, encore fallait-il qu’elle puisse le fixer dans un environnement propice à la création et à l’introspection. Un vœu exaucé grâce à Piers Faccini, qui lui a offert l’asile poétique en l’invitant à enregistrer en solitaire dans son home studio – un mazet situé à l’arrière de sa maison, en plein pays cévenol. Là, en retrait du tumulte et au cœur de son propre monde, Dom a pu recréer les conditions dans lesquelles elle avait imaginé ses chansons. “Comme à Paris, j’ai fait avec ce qu’il y avait autour de moi, dans la pièce, pour échafauder ces constructions fragiles comme des châteaux de cartes, où chaque élément a sa place, où l’on ne peut pas en enlever ou en rajouter un sans prendre le risque de rompre l’équilibre”. Piers Faccini, lui, aura finalement tenu bien plus qu’un rôle de maître d’hôte : actif dans la coréalisation de l’album, glissant sa voix dans les replis de Dessa Vez, il hante avec un tact infini le décor d’Ela, ici avec des chœurs spectraux, là avec de discrètes touches instrumentales ou rythmiques. “J'ai travaillé seule pendant quelques jours, puis j'ai fait écouter le résultat à Piers, qui a immédiatement adoré. Ayant beaucoup écouté sa musique depuis l'adolescence, je rêvais secrètement de lui demander de participer, mais je n'osais pas trop… Heureusement il s'est proposé de lui-même, et à mon grand bonheur notre collaboration s'est faite en harmonie totale : tout ce que Piers ajoutait était juste, parfait, il n'y a pratiquement rien eu à enlever ni à modifier !

La musicalité fluide et naturelle d’Ela provient de ce ludique travail de précision, de ce plaisir de construire combiné à un permanent souci de justesse, de ce goût pour les trouvailles d’arrangements associé à un sain mépris pour tout son superflu. Elle doit aussi beaucoup aux intuitions et à la clairvoyance de Dom La Nena, qui a su ouvrir son univers à une poignée d’autres présences amies, afin qu’une légère mais vitale brise d’altérité traverse ses chansons sans en altérer la dimension intimiste. Telle une partenaire de récréation, Camille, soutien de la première heure, participe ainsi aux jeux de mains et de voix de Você, tandis que le chanteur brésilien Thiago Pethit, dont Dom a appris incidemment qu’il avait vécu dans la capitale argentine au même moment et dans le même quartier qu’elle, vient logiquement poser son chant sur Buenos Aires. Kiko Dinucci, autre prodige de la nouvelle scène brésilienne, apporte avec son comparse Guilherme Kastrup les soubassements percussifs de Batuque.

Et c’est ainsi, entre cette plongée dans les profondeurs de l’âme et ces élans vers le monde extérieur, entre ces longs moments de solitude et ces vifs instants de partage, que respire la matière ô combien vivante d’Ela. “C’est un disque de passage, conclut Dom La Nena. J’avais besoin de régler certaines choses, de m’enlever un poids.” Ce poids, elle ne s’est pas contentée de l’ôter de ses épaules ; elle l’a converti en une musique qui lui ressemble, à la fois intense, joueuse et libre comme l’air.

A la Boule Noire à Paris le 21 mars.

Au Printemps de Bourges 24 et 25 mars au Théâtre Jacques Cœur.

http://www.domlanena.com/

Repost 0
David Richard Robert - dans Clips & Musiques
commenter cet article
6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 12:08

Une bonne idée, tout en la concentrant sur vos facultés et savoir-faire, sera une association d'opinions d'entreprise novatrices et classiques.

Vous êtes sûrement familiers aux nombreux articles d'Olivier Roland sur son blog, Des Livres Pour Changer de Vie. Si c'est plutôt le contraire, c'est à présent la possibilité de vous familiariser avec cette personne et son travail, par l'intermédiaire d'un article exceptionnel. C'est le cas de "Comment créer son entreprise en 7 étapes". Avant de vous engager dans cette direction, soulignez que Olivier Roland conçut sa première compagnie un 3 Juillet 2000, quand il n'était âgé que de 19 ans. Devant cet exploit, les expressions suivantes ont toute leur crédibilité.

D'après Olivier Roland, dans le but de mettre en place sa société, le premier pas à faire est de "Trouver l'idée". Il s'agit là de la phase qui coince la plupart d'entre vous. Vous avez un désir brûlant de mettre en place quelque chose, en revanche vous n'avez pas la moindre notion concrète pour votre projet. Une bonne idée, tout en la concentrant sur vos facultés et savoir-faire, sera une association d'opinions d'entreprise novatrices et classiques. Surtout, écrivez toujours vos multiples idées. Après, la deuxième étape sera d''étudier le marché'. Dans l'optique de savoir si votre compagnie sera embrassée ou bénéfique à tous, vous pouvez vous fonder sur les tendances dans les hebdomadaires et sur Amazon, vous intéresser aux avis des internautes dans les forums multiples de discussions...

Une fois l'idée d'entreprise élaborée et l'étude de marché effectuée, il vous faut maintenant "créer le dossier". L'élaboration d'un dossier assurera aux personnages des organes d'accompagnement de se faire une idée de votre produit ou de votre entreprise. Ce dossier devra être séduisant et concis, suivant un total de 2 ou 4 pages. A l'étape numéro 4, vous êtes appelés à faire la rencontre des organismes. Par l'intermédiaire de ces réunions, vous tisserez des relations professionnelles, rencontrerez d'autres créateurs de sociétés, choisirez l'organisme qui correspond le mieux à vos nécessités...

"Élaborer le business plan" viendra au cinquième stade. Le business plan est un dossier détaillé de votre projet, renfermant la projection de vos bénéfices, des dépenses, concernant chaque poste, chaque mois et au cours de 3 années. Il vous sera pratiquement inconcevable de le rédiger seul, puisqu'il est compliqué ; c'est lui qui vous ouvrira les portes des investisseurs, pour quelques subventions que ce soit. Après, il est essentiel de ‘rencontrer, trier et convaincre les actionnaires'. A ce niveau, vous aborderez les potentiels bailleurs de fonds, votre business plan à la main. L'organisme d'accompagnement vous aidera en vous offrant une liste d'investisseurs à approcher.

Enfin, le septième stade, c'est l'heure de "créer votre entreprise". Les seules formalités restantes sont celles de la Chambre de Commerce ou de la Chambre des Métiers. A la suite de l'élaboration de votre société, attelez-vous tout de suite au travail. De même, souvenez-vous que vous devez inconditionnellement passer 80% de votre temps à vendre (rechercher des clients), pour assurer la survie de votre compagnie.

Pour en savoir plus, consultez l'article Comment créer son entreprise en 7 étapes.

Repost 0
6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 08:54

L'artiste Américain d'une quarantaine d'anné, Craig Alan, utilise les personnes comme des pixels pour reproduire en vue aérienne, le portrait de personnages célèbre :

Pour découvrir le travail étonnant et imaginatif de Craig Alan, c’est ici.

Repost 0
6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 08:50

Vous voulez proposer un sujet d’article, de musique, ou faire une suggestion.

écrivez-nous à glandouillage@hotmail.fr

Repost 0
6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 03:13

Je te contemple silencieusement peintre en triste solitaire
Frissonnant seul, sans compagnon dans cette frileuse nature d'hiver

Je te vois peindre, mais avec grande lassitude dans tes gestes et tes pas
Je décèle aussi tes yeux et regards amèrement furtifs, épuisés et las

J'ignore tout de ton existence, de ta réalité, de ta vie
De tes désirs encore moins de tes voeux et de tes envies

Je ne sais pas aussi ce qui peut te faire ainsi rêvasser
Visibles langueurs me donnant désir de pleurer

As–tu perdu celle qui illuminait en beauté tes horizons ??
Ta muse, l'essence même de tes inventions et inspirations ??

Je voudrais tant que tu récupères tes moments de bonheur
Auprès de celle qui te ravissait, qui faisait danser ton coeur

Que tu te délivres de cette amertume, de ce destructeur silence
Que tu remettes ton âme créatrice en merveilleuse transe
Que tes pinceaux reprennent à nouveaux leurs illustres danses
Que de belles oeuvres ré illuminent tes obscurités et outrances

Repost 0
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 22:14

Tel que pour la totalité des autres capacités, vous aurez besoin d'assez d'exercices au début. Ensuite, cela aura l'air naturel.

Si vous êtes des industriels ou des prétendants entrepreneurs et que vous n'avez pas entendu parler de Ken Blanchard et Spencer Johnson, il y a sans nul doute des choses à réviser. Par l'intermédiaire de leur livre "Le Manager Minute", vous aurez plus de réussite, puisqu'il révèle une diversité d'enseignements importants sur la gestion. Suivant "Le Manager Minute" vous remarquerez que les auteurs emploient ‘une minute' pour n'importe quoi, et même dans le but d'éclaircir ce qui devrait être effectué.

"Le Manager Minute" est un bouquin forgé par Ken Blanchard et Spencer Johnson, et qui connut un taux de vente de plus de 17 million de copies à travers la planète terre. Président de The Ken Blanchard Companies, Ken est un expert en leadership et conseiller dans le domaine de la gestion. Concernant Spencer, c'est un médecin-psychologue et auteur des livres de développement personnel : "Le Précieux Présent" et "Qui A Piqué Mon Fromage".

Tel que le titre le prouve parfaitement, Ken et Spencer convient vous, les bibliomanes et potentiels managers, à exprimer tout ce qui doit être réalisé en moins d'une minute. Le concept identique doit être utilisé quand une personne dans votre entourage fait une erreur. Une minute ou moins serait satisfaisante dans le but de démontrer à l'individu sa bévue et de la résoudre. Qu'il s'agisse aussi pour louer ou réprimander vos gosses ou vos subordonnés, cherchez à le faire avec ce concept de ‘une minute' en tête.

Enfin, "Le Manager Minute" vous convie à être un meilleur manager en vous basant sur uniquement trois recommandations : "Une minute de réprimande", "Une minute afin de congratuler" et "Une minute dans le but de fixer un objectif". Il ne vous sera pas facile d'assimiler ces procédés instantanément. Tel que pour la totalité des autres capacités, vous aurez besoin d'assez d'exercices au début. Ensuite, cela aura l'air naturel. En somme, soulignez que ce livre de Ken Blanchard et de Spencer Johnson est facile à déchiffrer et est largement cohérent.

Pour en savoir plus, consultez l'article Le Manager Minute.

Repost 0
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 20:12

A travers cette nouvelle collection, Les célébres éditions "J'ai lu" ont pour ambition de publier des livres d’humour qui sortiront des sentiers battus, sur le fond et sur la forme, le tout à un prix très abordable.

Textes, illustrations, histoires drôles, humour noir, citations ou pastiches, ils vous proposerons tous types d’ouvrages, avec toujours en ligne de mire un seul objectif : vous faire rire ! D’ailleurs, je crois bien que c’est Dick Rivers qui disait cette phrase toute bête et en même temps tellement vraie : "Il est si bon de rire parfois".

Parution : 13 Février 2013.

Prix : 5€ l'unité !!

A découvrir aussi... "Ferme-la mon chéri" Drôle et méchant, le livre pour défouler les parents, à ne surtout pas lire aux enfants ! (20/03/13), "La Femme Parfaite est une connasse" un guide essentiel à mettre entre toutes les mains (13/02/13) !

Les livres seront disponibles sur les sites de la Fnac, Amazon ou en librairie.

Plus d'infos : http://www.jailu.com

Repost 0
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 19:56

La tornade Mindless Behavior est de retour avec un nouveau single "Keep Her On The Low".

Véritable bombe Hip Hop, "Keep Her On The Low" est produit par le combo Sean Garrett (connu pour ses collaborations avec Usher, Beyoncé) et Team S.Dot mis sur le devant de la scène pour son travail avec Diddy Dirty Money. Ce nouveau single est le 1er extrait de leur 2nd album "All Around The World", prévu pour le 11 mars prochain. A la production on retrouve, Walter Millsap (Beyoncé, Timbaland, Alicia Keys), Sean Garrett (Britney Spears, Nicki Minaj), Rob Wells (Justin Bieber) et Ester Dean (Rihanna, Katy Perry).

Chaque apparition des 4 membres de la nouvelle scène pop-rn’b souvent comparés aux Jackson 5 du 21ème siècle, crée l’euphorie! Les fans français se souviennent encore de l’ambiance survoltée autour de leur concert au Bataclan (complet en 1 semaine)  - vidéo de fan ci-dessous - et de leur showcase à la Fnac Montparnasse en mai dernier. Autant dire, que ce nouvel album est très attendu par la "Team Mindless France".

En ligne, les MB affolent les compteurs avec plus de 156 millions de vues sur leur chaine YouTube, plus de 1,5 millions de fans sur Facebook (dont 20 000 en France) et près de 805 000 followers sur Twitter. Le groupe bénéficie d’une incroyable notoriété auprès de ses fans (#2 des artistes Universal, juste derrière Lady Gaga en terme de popularité online) ce qui leur a permis de vendre plus de 400 000 exemplaires de leur 1er album, 5.5 millions de sonneries et plus de 845 000 singles à travers le monde.

Nouvelle année, nouveau challenge pour les MB qui en plus de revenir avec un nouveau projet et de chanter pour l’investiture du président Barak Obama, feront leurs premiers pas au cinéma dans un film - documentaire intitulé All Around The World. Sortie prévue le 15 mars aux US.

All Around the World l’album sortie le 11 mars.

All Around the World le documentaire sortie le 15 mars.

Repost 0

Présentation

  • : Glandouillage
  • Glandouillage
  • : Magazine wéb détente (geek, humour, clip, musique, environnement, économie, travail, sport, ciné....)
  • Contact

> Accueil < Me suivre sur Google +. Me suivre sur Twitter.Me suivre sur Facebook. 
translate in english Auf deutscher Sprache übersetzt in het Nederlands vertalen traducir en español

Recherche

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Archives

Suivre ce Blog

 Bookmark and Share
 
L'appli du blog sur votre iPhone/iPad ou Androïd :
ou flashez le QR CODE :
Recevez les dernières notes du blog par email :

Les petits plus

Augmenter la taille de la police :
Ctrl + molette haut
Diminuer la taille de la police :
Ctrl + molette bas

Participez à la vie de ce blog :

Référencer sur :
 Blogue Parade portail de syndication de contenu

Le fil d'information :

Programme TV

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs

Le Top des articles/visites